Accéder au contenu principal
ONU

ONU: une très grande majorité d'Etats vote un pacte pour les réfugiés

Des réfugiés rohingyas photographiés dans le golfe du Bengale, près de Cox's Bazar, au Bangladesh, en mars 2018.
Des réfugiés rohingyas photographiés dans le golfe du Bengale, près de Cox's Bazar, au Bangladesh, en mars 2018. REUTERS/Clodagh Kilcoyne
Texte par : RFI Suivre
5 mn

L'Assemblée générale des Nations unies a adopté lundi 17 décembre 2018 à une très grande majorité un pacte mondial qui s'adresse aux 25 millions de réfugiés dans le monde. Seuls les Etats-Unis et la Hongrie se sont opposés à ce texte non contraignant, qui doit permettre une meilleure coopération entre les Etats membres et de mieux aider les pays d'accueil. Washington et Budapest ont mis en avant leur souveraineté nationale. L'ONU a salué une journée historique.

Publicité

Avec notre correspondante à New York,  Marie Bourreau

Contrairement au pacte de Marrakech sur les migrations, le pacte pour les réfugiés qui fuient la guerre ou les persécutions n'a pas provoqué de levée de boucliers. Il est passé relativement inaperçu.

C'est pourtant un texte essentiel : négocié ces derniers 18 mois à Genève, il s'appuie sur la Convention de 1951 pour le droit des réfugiés, qu'il renforce sur la question de la coopération internationale.

Les chiffres parlent d'eux-mêmes : 85% des réfugiés vivent dans les pays les plus pauvres. Et 10 pays seulement accueillent plus de 60% des 25 millions de réfugiés recensés dans le monde.

Réunion du HCR l'an prochain

Grâce à ce pacte, 6,5 milliards de dollars ont été mobilisés pour offrir aux réfugiés une meilleure prise en charge, notamment en termes d'éducation et de santé, ainsi que pour aider les pays les plus pauvres à mieux gérer leur accueil et le cas échéant les retours dans les pays d'origine.

Confrontés à une vaste crise des réfugiés et des migrants à leur frontière sud, les Etats-Unis se sont opposés à ce pacte. Mais ils ont assuré qu'ils continuaient à soutenir à hauteur de 1,6 milliard de dollars le travail du Haut Commissariat aux réfugiés (HCR).

Ce dernier devrait se réunir dès l'année prochaine pour faire le point sur le mise en œuvre de ce nouveau pacte. En attendant, le haut commissaire aux réfugiés Filippo Grandi salue une journée historique malgré les oppositions.

Commençons par le positif. Il y a certainement un consensus dans la communauté internationale sur le fait que ce pacte est important. Important parce qu'il donne des instruments extrêmement concrets aux gouvernements, à la société civile, au secteur privé, aux institutions financières et de développement, pour améliorer nos réponses aux crises des réfugiés.

Filippo Grandi, haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés

►À relire : Le regard de deux photographes sur la « crise de l’ombre » en RDC

sur la Journée mondiale des migrants, lire aussi:

Droit d’asile: «Nous sommes vingt-sept pour accueillir treize mille personnes»

[Long format] Le théâtre, terre d’asile pour les migrants en France

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.