Accéder au contenu principal
Cuba

Cuba renonce à inscrire le mariage des couples homosexuels dans sa Constitution

Mariela Castro lors de la Marche des fiertés de La Havane, à Cuba, le 12 mai 2018.
Mariela Castro lors de la Marche des fiertés de La Havane, à Cuba, le 12 mai 2018. Fuente: AFP.
Texte par : RFI Suivre
4 mn

A Cuba, les autorités ont finalement renoncé à inscrire dans la nouvelle Constitution des changements qui ouvrent la voie au mariage homosexuel. Raison officielle : l'opposition d'une majorité de citoyens consultés sur ce sujet, selon le secrétaire du Conseil d'Etat. Cette décision a surpris de nombreux Cubains, surtout que ce thème était cher au nouveau président Miguel Díaz-Canel.

Publicité

A Cuba, le président Miguel Díaz-Canel n’hésitait pas à appuyer publiquement cette initiative, lui qui avait déjà la réputation d’avoir œuvré pour faire évoluer la politique du régime à l’égard de la communauté LGBT. Mais malgré cet appui, les autorités cubaines ont finalement renoncé à inscrire dans la Constitution la proposition qui visait à définir le mariage comme étant l’union de deux personnes.

Les pressions exercées par les églises évangéliques et l’Eglise catholique mais aussi par une frange de la population ont eu raison de cette évolution. Pourtant ce projet était également porté par Mariela Castro, la fille de l’ancien président cubain Raul Castro, toujours premier secrétaire du Parti communiste.

Cuba : la fille Castro monte au créneau pour les droits des homosexuels

Mariela Castro, lesbienne, qui dirige le CENESEX, le Centre national d’éducation sexuelle de Cuba, avouait craindre un rejet de cet article lors du vote prévu en février prochain qui doit valider cette nouvelle Constitution.

Ces craintes ont peut-être précipité la décision des autorités cubaines de peur de subir un camouflet. Seule concession : le projet de nouvelle Constitution ne devrait pas spécifier que le mariage est l’union entre une femme et un homme, même si pour l’instant, on ne sait pas quelle sera la définition adoptée.

Je n’oserai pas parler de recul. Comme j’aime le dire c’est un pas de côté parce qu’en réalité la manière dont est abordée le projet constitutionnel est bien plus avancée, moderne, que la Constitution actuelle. D’ailleurs nous n’aurons plus dans la nouvelle Constitution la définition du mariage qui disait qu’il s’agissait d’une union entre une femme et un homme. Ce qui nous laisse des possibilités de pouvoir formaliser à l’avenir le mariage homosexuel.

Francisco Rodriguez, defenseur des droits LGBT à Cuba

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.