Accéder au contenu principal
CUBA

Cuba reste communiste mais reconnaît la loi du marché

Le président cubain Miguel Diaz-Canel.
Le président cubain Miguel Diaz-Canel. REUTERS/Fernando Medina
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Une nouvelle Constitution pour Cuba : elle reconnaît la loi du marché mais ne renonce pas à l'objectif d'une société communiste. Le texte a été adopté samedi 22 décembre à l'unanimité par le Parlement cubain. Il sera soumis au référendum le 24 février prochain.

Publicité

Le projet de Constitution a été largement modifié. C'est le résultat des débats populaires auxquels ont participé presque neuf millions de Cubains, soit 80% de la population. Les autorités se sont félicitées de « l'expression du caractère démocratique et participatif » du peuple cubain mais ils ont dû revoir leur copie.

Sous l'impact des critiques formulés par les participants aux débats, l'article qui aurait ouvert la voie au mariage homosexuel a été retiré. Autre modification, d'ordre plus symbolique : le texte initial prévoyait la suppression de l'objectif de construite une société communiste.

Le texte conserve le mot « communisme »

Mais cette mini-révolution qui visiblement ne passait pas. Le président Miguel Diaz Canel a dû rectifier les choses. « Le communisme et le socialisme sont intimement liés », a-t-il déclaré en septembre dernier. Un peu plus tard, l'ancienne référence a été rétablie dans le projet de Constitution.

Ce projet reconnaît cependant - et c'est la grande nouveauté - l'ouverture au marché, à la propriété privée et aux  investissements étrangers. Pas de changement en revanche sur le plan politique : la Constitution garde le système du parti unique et l'élection indirecte du président, désigné par les députés du Parti communiste.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.