Accéder au contenu principal
Venezuela

Venezuela: Juan Guaido appelle à manifester mercredi et samedi

Le président du Parlement vénézuélien et président autoproclamé, Juan Guaido, s'est exprimé dimanche soir en direct sur Twitter.
Le président du Parlement vénézuélien et président autoproclamé, Juan Guaido, s'est exprimé dimanche soir en direct sur Twitter. Capture d'écran Twitter @jpguaido
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Après l’immense manifestation du 23 janvier au cours de laquelle il s’est proclamé président par intérim du Venezuela, Juan Guaido a appelé dimanche soir à deux nouvelles manifestations cette semaine.

Publicité

Dimanche soir, ce n’est pas à une manifestation qu’a appelé le président de l’Assemblée nationale vénézuélienne, Juan Guaido, mais bien à deux manifestations.

« Mercredi de midi à 14h, partout au Venezuela nous descendrons dans les rues (...) pour exiger des forces armées qu'elles se mettent du côté du peuple, et samedi (nous appelons à) une grande mobilisation dans tout le Venezuela et le monde pour accompagner le soutien de l'Union européenne et l'ultimatum », a déclaré Juan Guaido, dans une vidéo en direct sur Twitter.

La manifestation de mercredi prendra une forme inédite. Le député de droite et président autoproclamé invite tous les Vénézuéliens à sortir dans la rue, là où ils se trouvent, détaille notre correspondant à Caracas, Benjamin Delille. Pas de cortège ni de point de ralliement donc, juste l’expression d’un mécontentement en sortant de chez soi. Cette manifestation, qu’il convoque partout au Venezuela, vise à exiger des forces armées de permettre l’entrée de médicaments et de nourriture. Il dit avoir réuni plus de 20 millions de dollars d’aide humanitaire la semaine dernière, mais sans l’aval des militaires, cette aide ne passera jamais la frontière.

La seconde manifestation se tiendra donc samedi. Elle ressemblera bien plus à la manifestation du 23 janvier. Juan Guaido veut aussi que cette mobilisation soit internationale, c’est-à-dire dans toutes les villes du Venezuela, mais aussi dans toutes les capitales du monde où se trouvent des Vénézuéliens. Le but : protester une fois de plus contre « l’usurpation de Nicolas Maduro », mais aussi célébrer la fin de l’ultimatum européen qui entraînera la reconnaissance de Juan Guaido par les pays concernés.

L'Australie reconnaît Juan Guaido comme président par intérim

Six pays européens (Espagne, France, Allemagne, Royaume-Uni, Portugal, Pays-Bas) ont en effet donné samedi à Nicolas Maduro huit jours pour convoquer des élections, faute de quoi ils reconnaîtront Juan Guaido comme président. Cet ultimatum expire dimanche prochain. Mais dans un entretien à la chaîne CNN Türk, Nicolas Maduro est resté inflexible. « Personne ne peut nous donner d'ultimatum », a-t-il déclaré.

Après celle des Etats-Unis, du Canada, d’Israël et de plusieurs pays d'Amérique latine qui considèrent comme illégitime le second mandat de Nicolas Maduro, l'Australie a à son tour annoncé reconnaître Juan Guaido comme président par intérim « jusqu’à ce que des élections se tiennent ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.