Etats-Unis

Etats-Unis: la démocrate Elizabeth Warren part à l’assaut de la Maison Blanche

Pour l'officialisation de sa candidature, Elizabeth Warren a choisi la ville de Lawrence, au nord-ouest de Boston, théâtre d'une grève il y a plus d'un siècle qui a marqué l'histoire du mouvement ouvrier aux Etats-Unis.
Pour l'officialisation de sa candidature, Elizabeth Warren a choisi la ville de Lawrence, au nord-ouest de Boston, théâtre d'une grève il y a plus d'un siècle qui a marqué l'histoire du mouvement ouvrier aux Etats-Unis. REUTERS/Brian Snyder

Aux Etats-Unis, la sénatrice démocrate Elizabeth Warren a confirmé ce samedi qu’elle était bien candidate à la présidentielle. Cette avocate et économiste, qui se veut la bête noire de Wall Street, sera-t-elle finalement choisie pour représenter son parti lors de l’élection de novembre 2020 ? A un an des premiers votes pour la primaire, elle fait en tout cas partie des favoris et a déjà un contentieux avec Donald Trump.

Publicité

Avec notre correspondant à New York,   Grégoire Pourtier

Elizabeth Warren a choisi Lawrence pour officialiser sa candidature. Parce qu’elle est une élue du Massachusetts, mais surtout parce que la ville est connue pour sa « grève du pain et des roses ».

En 1912, un syndicat de travailleurs immigrés y avait obtenu une grande victoire, événement résonnant avec le discours de la candidate, qui se veut la championne des classes moyennes et des minorités.

« Aujourd’hui, des millions et des millions et des millions de familles américaines se débattent pour survivre dans un système qui a été truqué par les riches et les gens bien connectés. Ceux qui travaillent dur font face à un petit groupe qui détient beaucoup trop de pouvoir, pas seulement économique, mais également sur notre démocratie. Comme les femmes de Lawrence, nous sommes ici pour dire : ça suffit », lance-t-elle.

Elizabeth Warren estime que Donad Trump n’est que le dernier avatar d’un système en place depuis longtemps. Elle promet donc de changer le fonctionnement à Washington, de rendre le pouvoir économique au peuple, et d’en finir avec le déni de démocratie que subiraient tant de citoyens.

Parmi les candidats déclarés, elle est aujourd’hui la plus à gauche. Elle est aussi celle qui a, déjà, la relation la plus tapageuse avec Donald Trump, qui la surnomme « Pocahontas », comme la jeune Amérindienne du XVII siècle, car elle s’est longtemps prévalue d’origines autochtones. S’étant abaissée à faire un test ADN, bien peu concluant, elle se confond depuis en excuse.

(Re) lire :Etats-Unis: déjà plusieurs favoris dans la course à l’investiture démocrate

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail