Accéder au contenu principal
Inde

Cachemire: l’Inde menace le Pakistan d’une guerre des rivières

Des soldats indiens examinent les débris après une explosion à Lethpora dans le district de Pulwama, dans le sud du Cachemire, le 14 février 2019.
Des soldats indiens examinent les débris après une explosion à Lethpora dans le district de Pulwama, dans le sud du Cachemire, le 14 février 2019. REUTERS/Younis Khaliq
Texte par : RFI Suivre
3 mn

L’Inde menace de priver le Pakistan d’une partie de son eau de rivière, en représailles à l’attentat-suicide qui a frappé le Cachemire le 14 février. La coexistence entre les frères ennemis du sous-continent, tous deux puissances nucléaires, continue d’être potentiellement explosive.

Publicité

Avec notre correspondant en Inde,  Sébastien Farcis

Une semaine après l’attentat-suicide au Cachemire, qui a coûté la vie à 40 paramilitaires, revendiqué par un groupe terroriste basé au Pakistan, le gouvernement indien cherche à punir et isoler son voisin.

Il a annoncé ce jeudi 21 février qu’il allait couper une partie de l’eau de rivière qui s’écoule de l’Inde vers le Pakistan. Une menace qui semble importante, mais qui pour l’instant ne devrait avoir que relativement peu d’effets sur le terrain.

Un barrage déjà en cours de construction, pas d’objection du côté du Pakistan

Les eaux du bassin de l’Indus, qui naissent dans les montagnes himalayennes contrôlées par l’Inde, sont partagées entre les deux pays depuis un traité de 1960. Cette division n’a jamais été violée, même pendant les trois guerres que se sont menées l’Inde et le Pakistan depuis lors.

Selon les termes de l’accord, New Delhi reçoit les eaux des trois rivières orientales de ce bassin, et Islamabad celles des trois rivières occidentales. Mais dans la pratique, l’Inde laisse en fait s’écouler 5% de sa part vers le Pakistan : et c’est cette eau que New Delhi prévoit maintenant de s’approprier. Cela est dans son droit et était déjà prévu, car un barrage est en cours de construction pour ce détournement. Et Islamabad vient d’affirmer n'avoir aucune objection à ce plan.

En revanche, le ministre indien des Ressources aquatiques a également menacé d’empêcher « toute eau de couler vers le Pakistan », ce qui reviendrait à couper les trois autres cours d’eau. Cela serait catastrophique pour le Pakistan, qui reçoit les trois quarts de son eau par ces trois rivières. Une telle décision pourrait en soi être la raison d’une nouvelle guerre entre les deux puissances nucléaires.

►À relire : Au Cachemire, la résurgence d’un conflit au potentiel dévastateur

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.