Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Cannabis: des milliers de condamnations amnistiées à San Francisco

En Californie, certaines de ces condamnations remontaient à 1975 (photo d'illustration).
En Californie, certaines de ces condamnations remontaient à 1975 (photo d'illustration). Thomas SAMSON / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Leur annulation rétrospective annoncée, lundi 25 février, par le parquet de San Francisco fait suite à la légalisation totale du cannabis entrée en vigueur il y a un peu plus d’un an en Californie. Une façon aussi d’en finir avec une répression discriminatoire, selon de nombreuses association de défense des droits civiques aux Etats-Unis.

Publicité

Avec notre correspondant à San Francisco, Eric de Salve

« C’était la bonne chose à faire, moralement », expliquent les services du procureur de San Francisco. Au total, selon leur recensement effectué pendant plus d’un an, 9 362 condamnations pour consommation de cannabis sont éligibles à une annulation rétroactive. Certaines remontaient à 1975, et seront donc effacées des casiers judiciaires.

Ces amnisties font suite à l’entrée en vigueur le 1er janvier 2018 de la légalisation de l’usage récréatif du cannabis en Californie, décidé par référendum deux ans plus tôt. La décision entend réparer les dégâts causés par des années d’une politique de lutte contre la drogue considérée comme discriminatoire.

 ► A (RE)LIRE : Etats-Unis: en Californie, le juteux business du cannabis

En 2013, une étude de l’organisation de défense des droits civiques ACLU estimait en effet que les Noirs avaient quatre fois plus de risque d’être arrêtés que les Blancs pour des taux de consommation de cannabis pourtant identiques.

Or, aux Etats-Unis, une condamnation, même mineure, peut s’avérer lourde de conséquences socialement. Cette mention sur un casier judiciaire peut en effet empêcher l’accès à des emplois, à des subventions, à un logement et même dans certains Etats, déchoir du droit de vote.

Los Angeles et San Diego sur la même voie

Cela « vous exclut automatiquement de la vie de votre communauté » explique le procureur de San Francisco, George Gascon. San Francisco est la première ville californienne à annoncer de telles amnisties mais d’autres, comme Los Angeles et San Diego, feront de même dans les prochains mois.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.