Accéder au contenu principal
Etats-Unis

États-Unis: dix-huit mois de prison requis contre une Russe accusée d’ingérence

Maria Butina, 30 ans, qui avait avait noué des contacts dans l'appareil politique américain, a reconnu avoir agi au profit de Moscou.
Maria Butina, 30 ans, qui avait avait noué des contacts dans l'appareil politique américain, a reconnu avoir agi au profit de Moscou. Alexandria Sheriff's Office/Handout via REUTERS
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Lors de la campagne électorale de 2016, Maria Butina avait noué des contacts au sein de la classe politique américaine, particulièrement auprès du lobby pro-armes à feu, avec pour objectif de soutirer des informations au profit du Kremlin.

Publicité

Avec notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier

« Maria Butina n’était pas une espionne au sens commun du terme, elle n’était pas entraînée pour être une agente de renseignements », expliquent les procureurs américains.

Certes. Mais la jeune femme originaire de Sibérie n’en est pas moins accusée de « complot en vue de promouvoir les intérêts de la Russie ». Et avec son style particulier, elle aurait même fait preuve d’une certaine efficacité pour orchestrer et manipuler un rapprochement entre le lobby des armes américain et la campagne Trump, mais aussi en collectant certaines informations sensibles au profit de Moscou.

Ayant infiltré les milieux conservateurs américains, notamment en séduisant un opérateur politique bien implanté, la rousse électrique n’a jamais fait preuve de discrétion, s’affichant dans des galas ou posant en photos avec des armes. Mais ses activités ont fini par intriguer.

Ses relations aussi puisqu’elle avait ses entrées dans le premier cercle de Vladimir Poutine. Alors quand, à l’été 2016, elle est revenue pour la énième fois aux États-Unis, et cette fois avec un visa étudiant, le FBI l’a discrètement suivie pour monter un dossier et finalement l’interpeller deux ans plus tard.

Maria Boutina pourrait n’être condamnée qu’à un an et demi de prison alors qu’elle en encourait cinq. Car elle a finalement plaidé coupable, et surtout, elle collaborerait avec les enquêteurs. De quoi en savoir un peu plus sur les opérations de déstabilisation de Moscou ces dernières années ?

Dans la foulée de la publication du rapport Mueller qui a dédouané l’équipe Trump d’une collusion avec la Russie, cette affaire vient rappeler que la Russie a quoi qu’il en soit joué un rôle déstabilisateur ces dernières années aux États-Unis. La jeune femme n’est que la première d’une liste de plusieurs dizaines de Russes inculpés par les États-Unis.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.