Accéder au contenu principal
États-Unis

États-Unis: Trump assure que les démocrates ne peuvent pas le destituer

«Seuls de graves délits peuvent aboutir à une destitution», a écrit le président américain Donald Trump sur Twitter.
«Seuls de graves délits peuvent aboutir à une destitution», a écrit le président américain Donald Trump sur Twitter. AFP PHOTO/Jim Watson
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Aux États-Unis, le président Donald Trump estime que les démocrates ne sont « pas en mesure » de le destituer. Ce débat agite l’opposition américaine depuis la publication du rapport Mueller sur l’ingérence russe dans la présidentielle de 2016.

Publicité

Avec notre correspondant de San Francisco, Eric de Salve

Le rapport liste plusieurs tentatives d’obstructions à la justice de Donald Trump dans l’enquête russe. Donald Trump est-il inquiet d’une éventuelle procédure de destitution contre lui ? Pas le moins du monde, répond-il aux journalistes dans les jardins de la Maison Blanche.

Cette sérénité affichée contraste néanmoins avec la vingtaine de tweets et retweets postés par le président américain tout au long de ce lundi pour clamer son innocence dans l’enquête russe. « Seuls de graves délits peuvent aboutir à une destitution », écrit Trump. « Je n’ai commis aucun délit (pas de collusion… pas d’obstruction), vous n’êtes donc pas en mesure de me destituer », ajoute-t-il.

Dix cas manifestes pour Mueller

Dans son rapport, Robert Mueller expose pourtant dix cas manifestes de tentatives d’entrave à la justice du président américain. Trump est notamment accusé d’avoir ordonné à son administration de limoger le procureur spécial pour préserver son mandat. Selon le rapport, son conseiller juridique, Don McGahn, s’y est alors opposé.

► À lire aussi : le rapport Mueller est déjà un best-seller aux États-Unis

Faux, répond Trump. « Personne, dit-il, ne me désobéit. » Ce lundi, les démocrates, majoritaires à la Chambre des représentants, lancent donc une assignation à Don McGahn pour l’auditionner.

Mais si plusieurs élus de l’opposition demandent le lancement d’une procédure de destitution, celle-ci ne semble pas à l’ordre du jour. Dans une lettre aux députés, Nancy Pelosi, la cheffe des démocrates à la Chambre, écarte une nouvelle fois cette option. En attendant, ce lundi la Chambre des représentants lance une citation à comparaître à l’ancien conseiller juridique de la Maison Blanche.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.