Accéder au contenu principal
Etats-Unis/ONU

Trump annule la signature américaine du traité ATT sur le commerce des armes

Le président Trump jette un stylo après avoir signé l'ordre exécutif lors de la réunion annuelle de la NRA à Indianapolis, le 26 avril 2019.
Le président Trump jette un stylo après avoir signé l'ordre exécutif lors de la réunion annuelle de la NRA à Indianapolis, le 26 avril 2019. REUTERS/Lucas Jackson TPX IMAGES OF THE DAY
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Donald Trump a annoncé avec fracas vendredi 26 avril le retrait de la signature américaine du traité de l’ONU sur le commerce des armes (ATT). Ce texte négocié et signé par les États-Unis en 2013 n’avait pas encore été ratifié par le Sénat américain. Il vise à moraliser le commerce vente des armes dans le monde et de limiter leur prolifération. Affichant une nouvelle fois sa défiance contre l’ONU, Donald Trump a fait cette annonce devant les partisans du très puissant lobby des armes américains, la NRA, à Indianapolis.

Publicité

Avec notre correspondant à San Francisco, Eric de Salves

Sous les acclamations des milliers de membres de la NRA, Donald assure le spectacle et se pose en champion des armes à feu. « Mon administration ne signera jamais le Traité sur le commerce des armes de l’ONU, j’espère que vous êtes content », leur lance le président américain.

Sur scène Donald Trump sort de sa poche un stylo et signe un décret ordonnant au Sénat de lui renvoyer le texte pas encore ratifié pour annuler la signature américaine. « Mon administration n’abandonnera jamais la souveraineté américaine à personne. Nous n’autoriserons jamais des bureaucrates étrangers à piétiner vos droits constitutionnels pour les armes. Les citoyens américains vivent sous le droit américain. Pas les lois de pays étrangers ! »

Ce traité de 2013 sur le commerce des armes ne concerne pourtant en rien le droit américain. Signé par Barack Obama, il prévoit que chaque pays signataire s’assure avant toute transaction à l’international que les armes ne soient pas utilisées in fine par un pays sous embargo, qui ne respectent les droits de l’homme ou par des groupes criminels. En retirant leur signature, les États-Unis se rangent aux côtés de la Corée du Nord, de l’Iran et de la Syrie.

Dans un communiqué, l’un des négociateurs américains du traité assure que « cette décision de Donald Trump est un faux pas de plus qui menace de rendre le monde moins sûr ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.