Accéder au contenu principal
Brésil

Brésil: Lula critique le gouvernement depuis sa prison, Bolsonaro réplique

L'ex-président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva lors de sa première interview depuis son incarcération, au siège de la police fédérale à Curitiba, le 26 avril 2019.
L'ex-président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva lors de sa première interview depuis son incarcération, au siège de la police fédérale à Curitiba, le 26 avril 2019. Isabella LANAVE / El Pais / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le président Jair Bolsonaro a répondu aux propos tenus par Lula à l’occasion de sa première interview depuis son incarcération pour corruption. L’ancien président y traitait le nouveau gouvernement d’extrême droite de « fou ».

Publicité

Avec notre correspondant à Rio de Janeiro,François Cardona

Jair Bolsonaro n’a pas apprécié les critiques de l’ancien président Lula, lancées depuis sa prison lors de sapremière interviewdepuis son incarcération. Connu pour son franc-parler, le président d’extrême droite a répliqué dans une interview avec une certaine ironie, déclarant qu’il pensait que l’alcool était interdit dans les prisons brésiliennes, en référence aux rumeurs jamais vérifiées de penchants pour l’alcool de l’ancien président Lula. Jair Bolsonaro estime qu’avec lui « au moins le pays n’est pas dirigé par une bande d’ivrognes ».

Le Brésil est gouverné « par une bande de fous », avait déclaré la veille Luiz Inacio Lula da Silva dans sa première interview depuis son incarcération il y a plus d'un an.

Jair Bolsonaro a répondu en accusant l’entourage de Lula de corruption – plusieurs de ses anciens ministres sont en prison ou répondent à de lourdes accusations. Le président brésilien en a profité pour critiquer la « démagogie et le populisme » du Parti des travailleurs.

Mais Jair Bolsonaro est lui aussi gêné par plusieurs scandales de corruption, impliquant ses proches. Il a vu sa popularité chuter depuis sa prise de fonction en début d’année. Selon un récent sondage, à peine la moitié des Brésiliens approuveraient sa politique contre 67% en janvier dernier.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.