Colombie

Colombie: une forte récompense promise pour la capture d'un ex-chef des FARC

Le portrait de l'ex-chef des FARC, el Paisà, disparu dans la nature depuis un an et désormais activement recherché, s'affiche dans les journaux et sur les réseaux sociaux.
Le portrait de l'ex-chef des FARC, el Paisà, disparu dans la nature depuis un an et désormais activement recherché, s'affiche dans les journaux et sur les réseaux sociaux. /twitter.com/GuillermoBotero/

Un million de dollars, c'est la récompense que promet le gouvernement colombien pour toute information permettant l'arrestation d'Hernan Dario Velasquez Saldarriaga, ex-chef des FARC, sanctionné hier par le Tribunal Spécial pour la Paix (JEP), pour «grave violation» des dispositions de l'accord de paix. C'est une première. Hernán Darío Velásquez Saldarriaga, dit «el Paisá», est introuvable depuis un an.

Publicité

Depuis un an, el Paisá, comme il est surnommé, a disparu dans la nature.

Convoqué à trois reprises par la JEP, le Tribunal spécial pour la paix, dans le cadre des enquêtes sur les d'enlèvements attribués à l'ex-guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), l'ex-chef de la colonne mobile Teofilo Forero, unité d'élite des FARC, ne s'est jamais présenté devant la justice. En conséquence, la JEP a décidé de «révoquer la liberté conditionnelle dont il bénéficiait», a annoncé la juge Catalina Diaz vendredi soir.

La JEP a également demandé la notification à Interpol du mandat d'arrêt contre El Paisá.

à (re)lire: Accord de paix avec les FARC: Ivan Duque s'en prend à la JEP

Plusieurs anciens commandants ont comparu devant la JEP dont le leader de l'ex-guérilla et chef du parti qui en est issu, Rodrigo Londoño.

El Paisá et Ivan Marquez, ex-numéro deux des Farc, ont disparu dans la nature depuis l'arrestation en avril 2018 de Jesus Santrich, accusé de trafic de drogue par les Etats-Unis. Pour el Paisá, cette arrestation était la preuve que la sécurité des ex-combattants des Farc n'était pas garantie. Il a alors quitté la zone du sud du pays où il devait suivre un processus de réinsertion sociale et économique.

Le ministre de la Défense offre une récompense

Ce samedi, le ministre de la Défense, renchérissant sur les sanctions de la JEP, annonçait une récompense en échange de tout renseignement permettant son arrestation. Il s'agit de la première sanction contre un ex-chef guérillero pour non respect de l'accord de paix de 2016.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail