États-Unis / Moyen-Orient

Moyen-Orient: les États-Unis déploient un groupe aéronaval face à l'Iran

Une vue du pont d'envol du porte-avions «USS Abraham-Lincoln» (CVN 72), le 29 avril 2019.
Une vue du pont d'envol du porte-avions «USS Abraham-Lincoln» (CVN 72), le 29 avril 2019. U.S. Navy/Handout via REUTERS
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Les États-Unis mettent un peu plus la pression sur l’Iran. Il a été annoncé dimanche soir qu’un porte-avions et une force de bombardiers étaient envoyés au Moyen-Orient. Un communiqué explique qu’il s’agit d’un message « clair et indubitable », en réponse « à des indications inquiétantes d’escalade et d’avertissements », mais sans donner de détail sur ce qu’il est particulièrement reproché à Téhéran.

Publicité

Avec notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier

Parti d’une base de la côte Est américaine le 1er avril 2019 pour un déploiement de routine, le groupe aéronaval organisé autour du porte-avions USS Abraham-Lincoln est finalement dirigé vers le Moyen-Orient. Avec ce porte-aéronefs équipé de chasseurs-bombardiers, mais aussi un croiseur lance-missiles et un destroyer, cette flotte va se rapprocher de l’Iran.

« Prêts à répondre à n’importe quelle attaque »

« Les États-Unis ne cherchent pas la guerre avec le régime iranien, mais nous sommes complètement prêts à répondre à n’importe quelle attaque, qu’elle soit perpétrée par des milices alliées à l’Iran, par le corps des Gardiens de la Révolution islamique ou par l’armée iranienne », a averti John Bolton. Le conseiller à la Sécurité nationale de la Maison Blanche reste flou sur les risques d’« attaques contre les intérêts des États-Unis ou de leurs alliés », mais il menace d’une réponse « d’une force implacable ».

Washington excédé

Donald Trump a retiré les États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien il y a un an, et les deux pays sont aussi indirectement en conflit au Yémen ou en Syrie. Ces derniers jours, il semble surtout que Washington soit excédé par l’ingérence iranienne dans le conflit à Gaza. D’ailleurs, toujours dimanche soir, Donald Trump a, lui, publié un tweet dénonçant les attaques du Hamas et du Jihad islamique, et réitérant son soutien « à 100% » derrière Israël dans la défense de ses citoyens.

À lire aussi : Une vidéo montre un drone iranien survoler un porte-avions américain

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail