États-Unis / Mexique

Chantage aux taxes: le Mexique cède, les taxes toujours prévues par Washington

Le président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador lors d'une conférence de presse au Palais national de Mexico, le 7 juin 2019.
Le président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador lors d'une conférence de presse au Palais national de Mexico, le 7 juin 2019. REUTERS/Edgard Garrido
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Après deux jours de négociations avec Washington pour éviter les taxes douanières, la délégation mexicaine a accepté de suivre la politique stricte de migration de Donald Trump. La Maison Blanche qualifie de « progrès » tout en gardant la mise en place de droits de douane lundi. Donald Trump estime qu'il y a une «bonne chance» d'arriver à un accord, mais dans le cas contraire « le Mexique va commencer à payer les tarifs de 5% dès lundi ».

Publicité

Le chef de la diplomatie mexicaine a annoncé la nuit dernière que 6 000 hommes de la Garde nationale seront dépêchés à la frontière sud du pays. Quelques heures avant cette annonce, le président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador affirmait qu’aucune décision ne serait prise pour complaire à un gouvernement étranger.

À lire également : À la Une, le Mexique est-il en train de céder à Donald Trump ? (revue de presse des Amériques)

Pourtant, le nouveau président de gauche n’en est pas à sa première mesure restrictive envers les migrants qui tentent de rejoindre les États-Unis à travers le Mexique. Cette fois-ci, il est question de déployer 6 000 hommes et femmes de la Garde nationale, ce nouveau corps militaire créé par le président pour combattre la criminalité dans le pays.

Son utilisation contre des migrants est donc fortement critiquée par les défenseurs des droits de l’homme. D’autres mesures ont été prises hier, notamment le gel de comptes bancaires de passeurs présumés, parmi eux, le directeur de l’association Pueblos sin frontera ainsi que l’un de ces collègues. Tous deux ont d’ailleurs été arrêtés dans la foulée.

Pas encore assez pour Washington

Pourtant ce nouvel effort ne va pas servir aux Mexicains à éviter les droits de douane américains. En effet, la Maison Blanche considère que ces mesures sont un « progrès », mais ils souhaitent toujours imposer des droits de douane dès lundi 10 juin.

La taxe devrait s'élever tout d'abord à 5 % sur tous les biens provenant du Mexique. Puis elle pourrait augmenter jusqu’à 25 % d’ici le 1er octobre 2019 alors que 80 % des exportations mexicaines sont en direction des États-Unis.

Dans un tweet, le président américain a estimé vendredi qu'il y avait une « bonne chance » que les Etats-Unis parviennent à un accord avec le Mexique pour réduire les arrivées d'immigrés clandestins, tout en réaffirmant qu'en l'absence de percée, Washington imposerait lundi des taxes douanières punitives.

« Si nous sommes en mesure de boucler l'accord avec le Mexique, et il y a une bonne chance que nous y arrivions, alors ils commenceront immédiatement à acheter beaucoup de produits agricoles », a-t-il écrit sur Twitter. « Si nous n'arrivons pas à un accord, le Mexique va commencer à payer les tarifs de 5% dès lundi », a-t-il toutefois menacé.

►À lire aussi : Mexique : des migrants africains et haïtiens manifestent au sud du pays

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail