Accéder au contenu principal
États-Unis

Nucléaire iranien: Trump serait sorti de l’accord pour contrarier Obama

L'ancien ambassadeur britannique aux États-Unis, Kim Darroch (à gauche) fustige Trump sur l'accord sur le nucléaire iranien.
L'ancien ambassadeur britannique aux États-Unis, Kim Darroch (à gauche) fustige Trump sur l'accord sur le nucléaire iranien. BRENDAN SMIALOWSKI, PAUL MORIGI / AFP / GETTY IMAGES NORTH AMERI
Texte par : RFI Suivre
2 mn

« Le président américain, Donald Trump, a retiré les États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien parce ce qu’il s’agissait d’un accord porté par son prédécesseur, Barack Obama », selon un mémo diplomatique de mai 2018, publié dans la presse anglaise. Son auteur n’est autre que l’ancien ambassadeur de Grande-Bretagne aux États-Unis, Kim Darroch.

Publicité

Avec notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier

Kim Darroch a déjà été contraint de démissionner, mercredi 10 juillet, après la publication d’une première salve de documents dans lesquels il tenait des propos peu flatteurs envers Donald Trump. Pour décrire la sortie des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien, l'ancien ambassadeur britannique aux États-Unis parle d’un « acte de vandalisme diplomatique ».

La raison ne serait pas seulement idéologique. Donald Trump aurait aussi voulu agacer Barack Obama, en contrariant son héritage. Cette analyse n’est pas vraiment une révélation, le président actuel cache mal son aversion pour son prédécesseur et pour ses accomplissements politiques. L’autre principal exemple étant la réforme du système de santé, d’autant plus que son nom est l'Obamacare.

Donald Trump tente de détruire chaque fois ce qui a été mis en place en promettant de faire beaucoup mieux. Et puis, il ne se passe pas grand-chose. Sur l’Iran, Kim Darroch, dans son rôle d’ambassadeur, le dit sans tortiller : « Il n’y avait aucune stratégie pour "le jour d’après" ni même de plan pour se rapprocher des différents acteurs concernés ».

Alors, ces nouvelles fuites vont-elles envenimer encore la relation États-Unis Grande-Bretagne ? Donald Trump a rapidement obtenu la tête de l’ambassadeur britannique, qui a démissionné mercredi. Et Boris Johnson, qui espère devenir Premier ministre, s’est jusqu’à présent bien gardé de fragiliser sa relation privilégiée avec le président américain.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.