Accéder au contenu principal
États-Unis/Racisme

Polémique aux États-Unis: un homme noir traîné avec une corde par des policiers

Une vue de la ville de Galveston au Texas (Image d'illustration).
Une vue de la ville de Galveston au Texas (Image d'illustration). Wikimedia Commons CC BY-SA 3.0 TheAustinMan
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Depuis samedi 3 août, une photo de deux policiers et d’un Afro-Américain qu’ils venaient d’arrêter suscite la polémique. Traîné par une corde, beaucoup d’internautes y voient un symbole de la période esclavagiste américaine. Il aura fallu attendre trois jours pour que le chef de la police de Gavelston au Texas, s’excuse.

Publicité

C’est surtout cette corde qui a déclenché un torrent d’indignation sur les réseaux sociaux. Des internautes ont fait le parallèle avec une gravure de l’époque esclavagiste, qui montre deux hommes blancs à cheval en train de fouetter un esclave, attaché par une corde à l’une des deux montures.

« Nous sommes en 2019, pas 1819 », a réagi de son côté James Douglas, président de l'antenne de Houston de la NAACP, la première organisation de défense des Noirs américains. Même le candidat démocrate à l’élection présidentielle Beto O’Rourke, originaire du Texas, a dénoncé « un racisme à l’œuvre ».

Samedi 3 août, Donald Neely, l’Afro-Américain sur la photo, est arrêté pour violation de domicile. Mais au moment d’être transféré au poste de police, il n’y avait aucune voiture de disponible. Il est donc escorté par deux agents de police montés. C’est en tout cas l’argument avancé par Vernon Hale, le chef de la police de Galveston. Devant les critiques, il s’est donc excusé. Il a promis que les règlements sur les procédures d’arrestation seraient revus, et que cette situation ne se reproduirait plus.

►À lire aussi : États-Unis : les Afro-Américains ont plus de risques d’être tués par la police

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.