Canada

Canada: Justin Trudeau rattrapé par une photo embarrassante

Justin Trudeau a présenté ses profondes excuses pour s'être grimé le visage en noir lors d'une soirée en 2001.
Justin Trudeau a présenté ses profondes excuses pour s'être grimé le visage en noir lors d'une soirée en 2001. Reuters

Déjà épinglé par un rapport officiel pour avoir fait pression sur une ancienne ministre dans une procédure judiciaire, le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, est à nouveau l'objet d'une polémique gênante en pleine campagne pour sa réélection. Il a d'ailleurs été contraint de présenter des excuses. En cause, la réapparition d'une photo embarrassante datant de 2001, publiée par Time Magazine.

Publicité

Justin Trudeau avait 29 ans au moment où le cliché a été pris et il enseignait dans une école privée de Vancouver. Sur cette photo tirée d'un album de fin d'année, il porte une tunique blanche, un turban et - c'est ce qui lui est reproché - son visage est maquillé en noir, comme son cou et ses mains. « Un costume d'Aladin », à l'occasion d'une soirée à thème, précise le Premier ministre. « Je n'aurais pas dû le faire, reconnait-il. Je vais demander aux Canadiens de me pardonner »

Justin Trudeau explique qu'à l'époque, il ne s'était pas rendu compte de la portée raciste de ce déguisement, comme d'ailleurs à une autre occasion, au lycée, quelques années plus tôt. 

Aux États-Unis, cette pratique, appelée le blackface, est intimement liée à celle de la répression politique et sociale des Afro-Américains. Elle rappelle les spectacles du début du 19e siècle lors desquels des Blancs se noircissaient le visage pour se moquer des Noirs.

Plusieurs célébrités, notamment des politiques ont du présenter des excuses. Et cette photo égratigne aujourd'hui l'image de tolérance, d'ouverture, que veut véhiculer le Premier ministre canadien. À un mois des législatives, ses rivaux exploitent la polémique: le chef de file des conservateurs estime par exemple que Justin Trudeau est inapte à diriger le pays. 

À lire aussi : Belgique: ces «blackfaces» qui ne passent plus

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail