Accéder au contenu principal
Chili

L’état d’urgence décrété à Santiago du Chili après une journée de violences

Une station de métro incendiée à Santiago, le 18 octobre 2019.
Une station de métro incendiée à Santiago, le 18 octobre 2019. REUTERS/Ramon Monroy
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Le président chilien a décrété vendredi soir l’état d’urgence dans la capitale après des émeutes liées à l’augmentation du prix du ticket de métro.

Publicité

Ces derniers jours des appels à monter dans le métro sans billet ont circulé sur les réseaux sociaux. c'est vendredi que le mouvement de contestation, initié le 6 octobre après l’augmentation du prix du titre de transport, a basculé dans la violence, provoquant le chaos dans la capitale.

Dès vendredi après-midi, Santiago a été le théâtre d'affrontements violents entre les forces de l'ordre et des manifestants, majoritairement des étudiants. Sur les images publiées par les agences de presse ou sur les réseaux sociaux, on peut voir des des stations de métro en flammes ; certaines auraient été attaquées au cocktail Molotov. Dans la nuit, l'immeuble de la compagnie d'électricité Enel, situé dans le centre ville, a été incendié, comme en témoigne une vidéo publiée sur Twitter. Une succursale de Banco Chile a également été incendiés et des supermarchés pillés.

Le bâtiment de la compagnie d'électricité ENEL en feu, dans la nuit du 18 au 19 octobre.
Le bâtiment de la compagnie d'électricité ENEL en feu, dans la nuit du 18 au 19 octobre. REUTERS/Ramon Monroy

Le métro fermé jusqu'à nouvel ordre

« J'ai décrété l'état d'urgence et, à cette fin, j'ai nommé le général de division Javier Iturriaga del Campo à la tête de la défense nationale, conformément aux dispositions de notre législation concernant l'état d'urgence », a déclaré le président Sebastian Pinera dans un message au palais gouvernemental. L'état d'urgence est initialement imposé pour 15 jours. 

Les 164 stations du métro de Santiago, par lequel transitent chaque jour 3 millions de passagers, ont été fermées. Et le resteront au moins ce week-end.

Sur la journée, au moins 16 autobus ont été incendiés et une dizaine de stations de métro totalement détruites, selon les autorités. La police a fait état d'au moins 180 arrestations et 57 policiers blessés.

L'ensemble du réseau du métro a été fermé en raison des troubles, vendredi 18 octobre 2019.
L'ensemble du réseau du métro a été fermé en raison des troubles, vendredi 18 octobre 2019. REUTERS/Carlos Vera

Augmentation du coût de la vie

Passé de 800 à 830 pesos (de 1,01 à 1,05) aux heures de pointe, la hausse du ticket de métro peut paraître symbolique, mais elle fait suite à une première augmentation de 20 pesos en janvier dernier dans une ville très congestionnée où les transports en commun sont très utilisés. Et surtout elle s’ajoute à la montée d’un sentiment de frustration des Chiliens face à une hausse globale du coût de la vie.

« Lors des prochains jours, notre gouvernement appellera au dialogue (...) afin de soulager les souffrances des personnes affectées par l'augmentation des prix », a également assuré le président chilien, qualifiant les manifestants de « vrais criminels ».

(Avec AFP et Reuters)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.