Accéder au contenu principal
Chili

Sebastian Piñera annonce des mesures concrètes suite aux manifestations au Chili

Le président Sebastian Piñera a cédé à certaines demandes des manifestants comme l'augmentation du salaire minimum ou l'augmentation des impôts pour les plus riches.
Le président Sebastian Piñera a cédé à certaines demandes des manifestants comme l'augmentation du salaire minimum ou l'augmentation des impôts pour les plus riches. REUTERS/POOL/Parker Song
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Chili, après cinq jours de manifestations massives contre la vie chère et les inégalités sociales, le président a annoncé des mesures concrètes mardi 22 octobre, parmi lesquelles une hausse des pensions de retraite et du salaire minimum.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Santiago,  Aude Villiers-Moriamé

Sebastian Piñera s’est adressé aux Chiliens mardi dans la soirée, après l’entrée en vigueur, pour la quatrième nuit consécutive, du couvre-feu mis en place dans plusieurs villes du Chili. Il déclare « avoir entendu » les revendications des manifestants :

« Aujourd’hui, nous nous sommes réunis avec les présidents de partis politiques qui ont accepté notre invitation au palais présidentiel pour chercher ensemble à contribuer à un grand accord national qui nous permette de mettre en place et avec grande urgence un important agenda social. »

Revalorisation du salaire minimum

Le président chilien a annoncé une hausse de 20% des pensions de retraite les plus basses, une revalorisation du salaire minimum, le gel des tarifs d’électricité, la baisse des salaires des parlementaires, une augmentation des impôts pour les plus fortunés. Ces mesures répondent en partie seulement aux demandes des manifestants.

Beaucoup de Chiliens réclament aussi le retrait de l’armée déployée dans les grandes villes. Sebastian Piñera : « En tant que président du Chili, je me dois de ne lever l’état d’urgence que lorsque je serai certain que l’ordre public, la tranquillité, la sécurité des Chiliens, et la protection des biens publics et privés, sera respectée. »

►À lire aussi : Le président chilien Piñera tente l'apaisement après de nouvelles mobilisations

Reste à savoir comment les Chiliens accueilleront ces annonces, après cinq jours de mobilisation intense au cours desquels les manifestants ont régulièrement appelé à la démission du chef de l'État et à un changement de Constitution.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.