La revue de presse des Amériques

A la Une: l’avocat de Donald Trump au cœur d’un nouveau scandale?

Rudy Giuliani, ancien maire de New York, est aussi l'avocat de Donald Trump.
Rudy Giuliani, ancien maire de New York, est aussi l'avocat de Donald Trump. Angela Weiss / AFP

Publicité

C’est le Washington Post qui a le premier révélé cette histoire que l’on retrouve également en « Une » du quotidien The Hill. Rudolph Giuliani, ancien maire de New York et désormais avocat personnel de Donald Trump, aurait tenté de négocier le départ du président vénézuélien en septembre 2018 avec l’aide d’un certain Pete Sessions, représentant républicain du Texas à la Chambre des représentants. Si les deux quotidiens ne détaillent pas l’offre des deux Américains pour que Nicolas Maduro quitte le pouvoir, cette initiative démontre l’existence d’une diplomatie parallèle, comme ce fut le cas avec l’Ukraine. Une diplomatie dont n’étaient même pas au courant de hauts responsables de la Maison Blanche. Le but, selon le Washington Post, n’était pas seulement de négocier le départ de celui qui est considéré comme un paria par l’administration Trump, mais de permettre la réouverture du marché vénézuélien aux compagnies américaines, notamment le très lucratif marché pétrolier. Une initiative soutenue par des intérêts privés, précise le quotidien. Des révélations qui tombent mal pour le camp Trump, estime The Hill, alors que le rôle de Rudolph Giuliani est au cœur de la procédure de destitution qui vise le président américain.

Nouvelle fusillade dans un temple aux États-Unis

Vingt-quatre heures après une attaque au domicile d'un rabbin dans l'État de New York qui a fait cinq blessés, cette fois les faits se sont déroulés dans une église au Texas, en plein office religieux et alors que la scène était retransmise en direct. Un homme armé a ouvert le feu sur deux personnes avant d’être abattu par un fidèle et membre de la sécurité de cette église. Une scène hallucinante, selon The New York Post qui a mis en ligne les images. Une nouvelle tuerie qui s’ajoute aux déjà très nombreuses enregistrées cette année 2019, une année record en la matière, précise le New York Times. En plus de l’assaillant qui a été abattu, une personne a perdu la vie et une autre a été gravement blessée. Un bilan qui aurait pu être bien plus lourd, estime le quotidien, puisque deux-cent-cinquante fidèles se trouvaient dans ce lieu de culte au moment des faits.

Le choix du successeur d’Evo Morales se fera en Argentine

En Bolivie, le MAS, le parti de l’ancien président Evo Morales annoncera le 19 janvier prochain celui ou celle qui se présentera pour l’élection présidentielle qui devrait se tenir avant le mois de juin.Et c’est en Argentine, pays où est désormais réfugié Evo Morales, que la décision sera prise, annonce Los Tiempos. Ce dimanche l’ancien président, ainsi que d’autres dirigeants du MAS, le Mouvement vers le socialisme, se sont réunis à Buenos Aires pour définir la stratégie à suivre. Et c’est également à Buenos Aires, le 19 janvier, au terme d’une réunion convoquée ce dimanche que doit être annoncé celui qui portera les couleurs du mouvement qui compte bien récupérer la présidence du pays. Evo Morales, comme le rappelle le quotidien argentin Pagina 12, ne sera pas candidat, mais c’est lui qui dirigera la campagne électorale. Une campagne qui s’annonce âpre, car ce sont des élections générales qui doivent normalement se tenir. La date de ces élections devrait être bientôt annoncée par le Tribunal électoral bolivien, selon Los Tiempos. En attendant, Jeanine Añez continuera d’assumer l’intérim à la tête d’un gouvernement « de facto » comme le surnomme Evo Morales.

En Haïti, le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU tire le signal d’alarme

Selon l’OCHA, en cette fin d’année 2019, le nombre d'Haïtiens en situation d'insécurité alimentaire s’élevait à plus de 3,7 millions de personnes, soit 32% de hausse par rapport à la fin de l’année 2018, peut-on lire sur le site Haïti-Libre. Et les projections pour 2020 font froid dans le dos. « L’agence onusienne a averti que ce nombre pourrait atteindre 4,2 millions de personnes en mars 2020, dont 1,2 million en phase d’urgence humanitaire », selon Haiti-Libre. L’OCHA a également indiqué qu'au cours de l’année 2020, 4,6 millions d’Haïtiens - dont 45% d’enfants, c’est-à-dire près de 40% de la population -, auront besoin d'une aide humanitaire. Des chiffres alarmistes qui démontrent la dégradation de la situation. Un cri d’alarme lancé par les Nations unies alors que l’agence peine à venir en aide à cause des problèmes de financement auxquels elle doit faire face.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail