Accéder au contenu principal
Brésil

Brésil: un an après l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro, le pays est divisé

Le président du Brésil, Jair Bolsonaro, répondant aux questions des journalistes devant le palais Alvorada à Brasilia, le 27 décembre 2019.
Le président du Brésil, Jair Bolsonaro, répondant aux questions des journalistes devant le palais Alvorada à Brasilia, le 27 décembre 2019. REUTERS/Adriano Machado
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Brésil, il y a un an, le 1er janvier 2019, le président d’extrême droite Jair Bolsonaro a pris officiellement ses fonctions. Et le moins que l’on puisse dire est que cet ancien militaire, nostalgique de la dictature, homophobe et raciste, a déjà laissé des traces dans son pays.

Publicité

Le gouvernement de Jair Bolsonaro a entraîné le pays dans une division, une fracture profonde entre ceux qui combattent sa politique et ceux qui la défendent.

Le Brésil de Jair Bolsonaro, c’est aussi un pays que certaines personnalités comme l’ancien député homosexuel Jean Wyllys ont décidé de quitter, car ils craignent pour leur vie.

À l’instar de la communauté LGBT, d’autres minorités comme les Indiens sont aussi victimes d’un président qui prône une exploitation agricole massive sur les terres indigènes.

► À lire aussi : Bolsonaro à la présidence du Brésil, une année difficile pour l'environnement

Pour combattre l’insécurité, il souhaite faciliter le port d’armes, un projet qui est pour l’instant bloqué au Congrès. Ce n'est pas le seul revers qu'il a dû encaisser.

Alors que le président a été élu sur un programme anticorruption, son fils Flavio est sous le coup d’une enquête pour blanchiment d’argent. En un an, Jair Bolsonaro a perdu la moitié de sa popularité. Il peut toujours compter sur le soutien des élus proches des évangélistes et des grands propriétaires.

Mais sans majorité stable au Congrès, tout projet de loi doit être férocement négocié. Ce qui confère aux parlementaires un véritable contre-pouvoir. Comme le dit un observateur brésilien : Jair Bolsonaro aimerait bien instaurer un régime autoritaire, mais il n’en a pas les moyens.

► À lire aussi : Brésil: Jair Bolsonaro et ses fils, le clan des extrêmes

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.