Accéder au contenu principal
Venezuela

Le Venezuela en deuil après la mort du président Hugo Chavez

Un poster d'Hugo Chavez devant l'hôpital militaire de Caracas où le président vénézuelien a été soigné, le 25 février 2013.
Un poster d'Hugo Chavez devant l'hôpital militaire de Caracas où le président vénézuelien a été soigné, le 25 février 2013. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Les funérailles du président vénézuélien auront lieu vendredi 8 mars, et le pays sera en deuil pendant sept jours. Le gouvernement vénézuélien confirme la tenue d'élection d'ici 30 jours. C’est Nicolas Maduro, le vice-président qui va assurer la présidence par intérim. C’est lui qui a annoncé la mort de Hugo Chavez, à la télévision, le 5 mars. Hugo Chavez était président du pays depuis 14 ans et venait juste d'être réélu.Suivez en direct l'édition spéciale de 13h à 14h (heure de Paris) sur rfi

Publicité

Avec notre correspondant à Caracas, Pierre-Philippe Berson

Nous avons reçu l'information la plus éprouvante et la plus tragique que nous puissions annoncer à notre peuple. Notre président Hugo Chavez est mort.

Nicolas Maduro

Agé de 58 ans, Hugo Chavez luttait contre le cancer depuis juin 2010. Tout le monde le savait malade, mais l'annonce de sa mort a tout de même tout de même fait l'effet d'un coup de massue pour les Vénézuéliens.

La stupeur a été immédiate. Beaucoup d’habitants de Caracas ont pleuré lorsqu’ils ont appris la nouvelle. Spontanément, des milliers de sympathisants du Comandante convergent vers la Plaza Bolivar, dans le centre historique de la capitale. Entre drapeaux et chants révolutionnaires, des partisans se recueillent. D’autres scandent des slogans de soutien à Hugo Chavez. Ailleurs dans la ville, les réactions sont plus radicales.

La force nationale bolivarienne est le garant de la Constitution, de la loi et des directives (...) Cette force armée est en train d'être déployée pour garantir la souveraineté et la sécurité de tous les Vénézuéliens.

Diego Molero

Dans le quartier du 23 janvier, un bastion historique du chavisme, des milices en armes ont fermé le quartier. Elles affirment redouter les attaques de l’opposition. Néanmoins, le chef de file de l'opposition vénézuélienne, Henrique Capriles Radonski, a appelé mardi les Vénézuéliens à « l'unité », et transmis sa « solidarité » à la famille du président sur son compte Twitter.

Au-delà de l’émotion gigantesque qui envahit tout le pays, une peur se diffuse dans la population. La mort de Chavez ouvre une période d’incertitude et d’instabilité.

L’armée se déploie actuellement au quatre coins du pays, pour maintenir le calme et éviter tout débordement. Elle va veiller au respect de la Constitution. L’état-major rappelle, lui, sa loyauté vis-à-vis du pouvoir en place.

La télévision publique, elle, passe en boucle un seul message : « Chavez vivra et la lutte continue ». Les autorités annoncent des funérailles nationales pour vendredi et sept jours de deuil dans le pays.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.