Accéder au contenu principal
Sri Lanka/ONU

L'ONU nomme un groupe d’experts sur les crimes de guerre au Sri Lanka

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, lors de la conférence de presse donnée à Colombo, au Sri Lanka, le 20 juin 2010.
Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, lors de la conférence de presse donnée à Colombo, au Sri Lanka, le 20 juin 2010. Dinuka Liyanawatte/Reuters
Texte par : RFI Suivre
1 min

Ban Ki-moon le secrétaire général de l’ONU a nommé le 22 juin 2010, un groupe de trois experts chargés de réfléchir sur les possibles violations de droits de l'homme à la fin de la guerre au Sri Lanka. Une guerre qui a opposé l’armée aux Tigres tamouls. La mission de ce groupe d’une durée de quatre mois, sera purement consultative. Ce que critique Human Right Watch, organisation de défense des droits de l’homme.

Publicité

Avec notre correspondant à New York, Philippe Bolopion

Le panel mis en place par l’ONU n’est pas l’équivalent d’une commission d’enquête. Il n’aura pas pour mission de mener une investigation sur les crimes commis au Sri Lanka durant l’offensive finale de l’armée contre la rébellion deTigres tamouls. Il est d’ailleurs peu probable que les experts nommés par l’ONU soient autorisés à se rendre au Sri Lanka dont le gouvernement est furieux contre les Nations unies.

Le rôle du panel sera simplement de conseiller le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon. Les trois juristes reconnus, un Indonésien, une Sud-Africaine et un Américain, devront étudier les façons de s’assurer que les crimes commis au Sri Lanka ne restent pas impunis.

Selon l’International Crisis Group, des dizaines de milliers de civils, hommes, femmes et enfants, ont été tués de janvier à mai 2009 principalement dans des bombardements de l’armée. Lors d’une visite de Ban Ki-moon, après la guerre, le président sri-lankais, Mahinda Rajapaksa, s’était engagé à enquêter. Mais il ne l’a pas fait.

En créant un panel, Ban Ki-moon le rappelle à ses obligations. Mais pour les organisations de défense des droits de l’homme, ce panel n’aura d’intérêt que s’il débouche rapidement sur une véritable enquête internationale.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.