Accéder au contenu principal
INDE

Au moins 61 morts dans un accident de train en Inde

Plus de 50 personnes ont été tuées dans une collision entre deux trains, tôt ce lundi 19 juillet dans l'Etat du Bengale occidental.
Plus de 50 personnes ont été tuées dans une collision entre deux trains, tôt ce lundi 19 juillet dans l'Etat du Bengale occidental. AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Un grave accident de train a eu lieu lundi 19 juillet au matin en Inde. Deux trains de passagers sont entrés en collision dans une gare dans l'État du Bengale à l’est du pays. Le choc a été très violent et les derniers bilans font état d’au moins 61 morts et d’une centaine de blessés. Des victimes qu’il sera difficile d’identifier. Pour expliquer cet accident meurtrier, la piste du sabotage semble être écartée par les autorités indiennes.

Publicité

Avec notre correspondant à New Delhi, Pierre Prakash

Il était deux heures du matin lorsque le train rapide Uttar Bangar Express à destination de Calcutta a percuté de plein fouet un autre train de passagers qui étaient à l’arrêt dans la gare de Sainthia dans l’État du Bengale occidental à l’est du pays.

Un choc si violent que l’un des wagons a carrément été projeté sur un pont qui traverse la voie où il est resté accroché. En dessous, les wagons arrières du train qui était en stationnement ne sont plus qu’un amas de tôles froissées dans lequel les secours tentent désespérément de trouver des survivants.

L’identification des victimes s’annonce par ailleurs compliquée puisque la plupart des tués voyageaient dans les wagons arrières sans place numérotées.

Bien que la cause de l’accident soit encore incertaine, les autorités semblent exclure un sabotage, contrairement au dernier accident en date qui avait fait près de 150 morts fin-mai dans la même région lorsque la rébellion maoïste avait fait dérailler un train de passagers.

Avec plus de 18 millions d’usagers chaque jour le réseau ferroviaire reste le principal moyen de transport longue distance en Inde. Et les accidents, plus ou moins graves, restent très fréquents de l’ordre du 300 par an.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.