Accéder au contenu principal
Birmanie / Thaïlande

La Birmanie ferme un poste-frontière vital avec la Thaïlande

Une femme birmane, son enfant dans les bras, traverse le fleuve Moei afin de franchir la frontière séparant son pays de la Thaïlande.
Une femme birmane, son enfant dans les bras, traverse le fleuve Moei afin de franchir la frontière séparant son pays de la Thaïlande. AFP Photo/STR
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La Birmanie a totalement fermé sa frontière avec la Thaïlande au niveau de la ville de Mae Sot, dans l’ouest du pays. Des dizaines de milliers de Birmans, travailleurs migrants ou petits commerçants traversent quotidiennement le pont de l’Amitié situé à ce poste-frontière. La raison de ce geste d’humeur de la junte birmane est la construction d’une digue de protection par la Thaïlande sur la rive du fleuve frontalier Moei. Le Premier ministre thaïlandais Abhisit Vejjajiva a reporté une visite prévue en Birmanie au début du mois d'août 2010.

Publicité

Avec notre correspondant à Bangkok, Arnaud Dubus

Les relations entre la Thaïlande et la Birmanie, ennemis ancestraux, sont traditionnellement tendues. Mais le pragmatisme commercial prévalant, un pont de l’Amitié avait été construit il y a une quinzaine d’années entre la ville birmane de Myawaddy et la ville thaïlandaise de Mae Sot, de part et d’autre du fleuve Moei.

C’est ce point de passage vital entre les deux pays qui a été totalement fermé par les généraux birmans. Fermeture provoquée par la construction d’une digue de protection de la berge thaïlandaise. Les Birmans craignent que cette digue accentue l’érosion sur la rive birmane du fleuve.

Cette poussée de fièvre tombe mal pour le gouvernement thaïlandais d’Abhisit Vejjajiva, déjà confronté à une sérieuse crise politique intérieure et à un regain de tension sur sa frontière avec le Cambodge à propos du temple ancien de Préah Vihear.

Abhisit a reporté une visite prévue en Birmanie au début du mois prochain. Le ministre thaïlandais du commerce Alongkorn Pollabutr a critiqué l’agence gouvernementale thaïlandaise en charge du projet de digue pour n’avoir pas consulté au préalable les Birmans.

Cette fermeture affecte surtout la population birmane, très dépendante du commerce frontalier.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.