Accéder au contenu principal
Pakistan / ONU

Ban Ki-moon à Islamabad pour apporter son soutien au Pakistan

Les victimes des inondations au Pakistan doivent faire face maintenant aux possibles épidémies meurtrières, 14 août 2010
Les victimes des inondations au Pakistan doivent faire face maintenant aux possibles épidémies meurtrières, 14 août 2010 AFP/AAMIR QURESHI
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le secrétaire général de l’ONU Ban-Ki-moon est en visite ce dimanche 15 août 2010 au Pakistan où l’on craint des épidémies meurtrières chez les 20 millions de victimes des inondations. Le représentant onusien est venu exprimer « le soutien de l'ONU et de la communauté internationale au gouvernement et au peuple pakistanais », a déclaré un porte-parole de l’ONU.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Nowshera, Nadia Blétry

La visite du secrétaire général des Nations unies a lieu près de trois semaines après les inondations qui ont frappé le pays. Ban-Ki-moon est au Pakistan, ce dimanche 15 août, pour alerter la communauté internationale sur la nécessité de soutenir le pays qui connaît la plus grande catastrophe naturelle de son histoire.

Les Nations unies ont lancé un appel aux dons de 460 millions de dollars pour venir en aide au Pakistan. Mais seuls 20 % de ces fonds ont été réunis, et dans les zones sinistrées la population se sent souvent laissée-pour-compte.

Le bilan des inondations est déjà lourd : 1 600 personnes ont trouvé la mort et les conséquences de la catastrophe naturelle pourraient s’aggraver dans les semaines et les mois qui viennent. Près de vingt millions de personnes sont touchées par les inondations.

Une grande partie des récoltes agricoles du pays a été détruite, et dans certaines régions les pertes matérielles sont très importantes. Dans les zones sinistrées les conditions sanitaires sont plus que précaires et l’on redoute déjà des épidémies de choléra.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.