Chine

La Chine observe un jour de deuil national en hommage aux victimes des intempéries

Des soldats chinois posent leurs pelles afin de respecter les trois minutes de silence en hommage aux victimes des glissements de terrain, 15 août 2010
Des soldats chinois posent leurs pelles afin de respecter les trois minutes de silence en hommage aux victimes des glissements de terrain, 15 août 2010 REUTERS/China Daily

Journée de deuil national ce dimanche 15 août 2010 en Chine, en hommage aux quelque 1 700 morts et disparus des glissements de terrain dans la province du Gansu, dans le nord-ouest du pays. Une semaine après le drame, les drapeaux ont été mis en berne dans tout le pays.

Publicité

Avec notre correspondante à Pékin, Delphine Sureau

Tout a commencé à 10 heures, heure locale ce dimanche matin (4H00 à Paris) quand les sirènes ont retenti dans le pays. Toute la Chine s’est alors arrêtée pour respecter trois  minutes de silence en hommage aux victimes.

Car comme le veut la tradition chinoise, cette journée de deuil intervient sept jours exactement après la catastrophe. Ces glissements de terrain et ces coulées de boue, qui ont ravagé le district de Zhouqu dans la province du Gansu.

Sur place, les secours ont posé leurs pelles et leurs pioches, interrompant les recherches des disparus, pour se recueillir tête baissée, quand à l’autre bout du pays, 10 000 personnes se rassemblaient à Pékin sur la place Tiananmen, pour assister au lever du drapeau puis à sa mise en berne.

Ce qui caractérise cette journée de deuil, c’est l’annulation de toute sorte de divertissements. Les cinémas, les karaokés, les clubs et les jeux en ligne vont rester fermés. Internet marque également ce deuil. Les sites web chinois s’ouvrent sur une page d’accueil en noir et blanc.

La priorité des sauveteurs

Une semaine après le drame, c’est la santé des survivants qui prime sachant qu’aucune victime en vie n’a été sortie des décombres depuis mercredi 11 août.
A Zhouqu, l’épicentre de la catastrophe, des cas de dysenterie ont été signalés. Et les secours craignent une propagation de la maladie. Des médicaments ont donc été distribués aux 12 000 réfugiés qui dorment sous des tentes dans des conditions d’hygiène déplorables.

Autre inquiétude : de nouvelles pluies sont annoncées dans les heures ou jours qui viennent. Ce qui signifie probablement de nouveaux glissements de terrain. Dans le Gansu, les dernières coulées de boue survenues mercredi dernier ont fait une soixantaine de morts et de disparus.

Le Sichuan voisin, plus au sud, a également été touché. On compte une quarantaine de disparus dans cette province marquée il y a deux ans par un terrible tremblement qui avait fait 80 000 victimes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail