Accéder au contenu principal
Cambodge /Justice internationale

Les co-procureurs cambodgiens font appel de la condamnation de «Douch»

«Douch», le chef du régime khmer rouge, au tribunal spécial de la banlieue de Phnom Penh, le 26 juillet 2010.
«Douch», le chef du régime khmer rouge, au tribunal spécial de la banlieue de Phnom Penh, le 26 juillet 2010. REUTERS/ECCC/Handout
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le parquet a fait appel le 16 août de la condamnation à trente ans de prison prononcée le mois dernier à Phnom Penh contre l'ancien chef khmer rouge du centre de détention et de torture S-21, Kaing Guek Eav, dit « Douch ». Les co-procureurs, qui s'étaient montrés plutôt satisfaits du verdict après sa lecture le 26 juillet, annoncent aujourd’hui qu’ils estiment cette peine trop légère pour un homme reconnu responsable de la mort de 14 000 personnes dans les années 1970. 

Publicité

Avec notre correspondant à Phnom Penh, Stéphanie Gée

Trente ans, c'est dix années de moins que le verdict réclamé par les co-procureurs. Un jugement, expliquent ces derniers, trop léger au regard de la gravité des crimes commis par « Douch » et loin des standards internationaux applicables dans de telles affaires.

Pour une observatrice du tribunal parrainé par les Nations unies, il s'agit aussi pour eux de rétorquer à l'appel que la défense a annoncé à grand bruit vouloir interjeter. Il importe également de permettre aux parties civiles, mécontentes de la sentence, de faire appel sur la question des réparations.

Une démarche qu'elles ne peuvent accomplir que si le bureau des co-procureurs a au préalable déposé appel. Ceux-ci entendent en outre dénoncer l'échec du jugement à refléter pleinement la conduite criminelle de « Douch ». Plusieurs charges, telle l'extermination, et la torture, y sont regroupées sous une seule : « crimes de persécution ».

Les magistrats souhaiteraient que toutes ces charges fassent l'objet de condamnations distinctes. Ils demandent aussi qu'une charge supplémentaire soit retenue, celle de mise en esclavage de la majorité des détenus de S-21. Et ce, souligne le co-procureur international, pour une plus grande clarté des archives historiques et judiciaires.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.