Corée du Nord / Corée du Sud / Chine

Pyongyang confirme l’arraisonnement d’un chalutier sud-coréen

Le Daeseung 55, un chalutier sud-coréen de ce type, a été arraisonné le 8 août dernier par la Corée du Nord.
Le Daeseung 55, un chalutier sud-coréen de ce type, a été arraisonné le 8 août dernier par la Corée du Nord. AFP Photo/Kim Jae-Hwan

La presse sud-coréenne révèle que la Corée du Nord aurait réussi à se procurer des matériels interdits mais nécessaires au lancement de missiles de longues portées. Ces armes seraient passées par les pays frontaliers de la Corée, la Chine, la Mongolie et la Russie. Et, autre information, cette fois de la très officielle agence de presse nord-coréenne : Pyongyang confirme avoir saisi un chalutier sud-coréen le 8 août dernier. Les 4 marins sud-coréens et les 7 Chinois qui se trouvaient à bord sont toujours retenus en Corée du Nord.

Publicité

Cette confirmation intervient alors que l’on apprend qu’un envoyé spécial de Pékin était en visite en Corée du Nord. Wu Dawei était à Pyongyang du 16 au 18 août précise le China Daily avec fort probablement des questions concernant les marins chinois. Ce n’est pas la première fois que la Chine s’inquiète du sort de ces ressortissants auprès de son turbulent allié et voisin.

Le 8 juin dernier Pékin a protesté officiellement auprès de Pyongyang pour un incident survenu à la frontière des deux pays. Trois contrebandiers chinois avaient alors été abattus par les gardes frontières nord-coréens. Cette annonce intervient aussi dans un contexte de très vives tensions avec la Corée du Sud. Uji Freedom Guardian, les manœuvres navales américano sud-coréennes se poursuivent jusqu’au 26 août. Des exercices condamnés fermement par le régime communiste qui y voit une provocation. Avec une mer jaune de plus en plus agitée.

Face à cette démonstration de force, la marine chinoise vient en effet de faire l’essai d’un nouveau navire furtif capable de tirer un missile d’une portée de 200 kilomètres. Pour l’instant l’agence nord-coréenne ne dit rien concernant le sort des marins du Daesung. Comme souvent dans ce genre de d’incident, les 7 hommes pourraient servir à faire pression sur Séoul et Pékin.

Et c’est dans ce contexte, qu’un pasteur sud-coréen qui s'était rendu illégalement en Corée du Nord doit revenir aujourd’hui au Sud. Un comité d’accueil l’attend à la frontière. L’homme est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour non respect de la législation qui interdit les voyages non autorisées au nord. Il est également soupçonné d’avoir prononcé des discours favorables au numéro 1 nord-coréen, Kim Jong-il.
Par ailleurs, on signale qu’un Mig 21 de l’armée de l’air nord-coréenne s’est écrasé hier mercredi en Chine. Selon les analystes, le pilote aurait déserté et tentait de gagner la Russie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail