Accéder au contenu principal
Chine/Japon

Crise diplomatique Chine-Japon : manifestations antijaponaises à Pékin

Rassemblement antijaponais à Pékin.
Rassemblement antijaponais à Pékin. RFI/Stéphane Lagarde
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Plus d'une centaine de Chinois ont manifesté ce samedi 18 septembre 2010 à Pékin et Shanghai près de l'ambassade et du consulat du Japon, le jour de l’incident qui a déclenché l’invasion de la Mandchourie par le Japon en 1931. Des commémorations qui ont une résonnance particulière, et qui coïncident avec la crise diplomatique que Pékin traverse avec son voisin nippon. La détention d’un capitaine de chalutier chinois par les autorités japonaises près d’îles à la souveraineté contestée, a provoqué la colère du gouvernement et de sa population.

Publicité

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

Les autorités chinoises semblent pour l’instant vouloir contenir tout débordement. Une centaine de personnes se sont opposées aux forces de l’ordre devant des magasins d’électronique vendant des produits japonais à Shenzhen. Le rassemblement a été vite dispersé.

Même chose à Pékin où un important dispositif de sécurité a été installé dans le  quartier qui entoure l’ambassade du Japon, empêchant quiconque de s’approcher. Ce qui n’a pas empêché des petits groupes de manifestants d’exprimer leur colère dans la capitale. Près de deux personnes ont ainsi pu lancer quelques slogans hostiles aux voisins japonais avant d’entonner l’hymne national et, là encore, d’être gentiment dirigé vers les entrées du métro le plus proche.

Sentiment nationaliste

Sur la pancarte de ce manifestant : « Réveillez-vous les Chinois ! »
Sur la pancarte de ce manifestant : « Réveillez-vous les Chinois ! » RFI/Stéphane Lagarde

La police veille mais le gouvernement entretient précieusement la flamme nationaliste. Des éditoriaux parus dans la presse officielle ces derniers jours ont fait état « d’humiliation nationale » ou encore « d’atteinte à la souveraineté nationale ».

Du côté de la très officielle Fédération pour la défense des îles Diaoyu, on préfère
attendre pour l’instant la décision de la justice japonaise dimanche 19 septembre. Des bateaux sont prêts à embarquer depuis la côte est, prévient toutefois la Fédération, avec des pêcheurs déterminés à manifester « de façon pacifique » près des îles revendiquées par les deux pays.

Sur Internet, le ton employé sur certains forums est nettement moins apaisé. Dans l’avenue proche de l’ambassade du Japon à Pékin, un taxi passe toutes fenêtres ouvertes : « A bas le Japon ! Partons en guerre contre les Japonais ! » hurle le passager sans même s’arrêter.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.