Russie / Chine

Medvedev en Chine pour renforcer les liens sino-russes

Le président russe Dmitri Medvedev se recueille devant le mémorial dédié aux soldats russes morts pendant la guerre russo-japonaise de 1904-1905 et la Deuxième Guerre mondiale, à Lushun, le 26 septembre 2010.
Le président russe Dmitri Medvedev se recueille devant le mémorial dédié aux soldats russes morts pendant la guerre russo-japonaise de 1904-1905 et la Deuxième Guerre mondiale, à Lushun, le 26 septembre 2010. Reuters / Ria Novosti / Kremlin / Dmitry Astakhov

Le président russe Dmitri Medvedev est arrivé dimanche 26 septembre en Chine pour une visite de trois jours destinée à renforcer les liens de la Russie avec la deuxième économie mondiale. Avant d'entamer le volet économique de cette visite, la première étape - dans la ville portuaire de Dalian, au nord-est de la Chine - revêt un fort contenu symbolique.

Publicité

Premier geste du chef du Kremlin sur le sol chinois : aller se recueillir devant un monument dédié aux soldats morts pendant la guerre russo-japonaise de 1904-1905, et celle de 1939-1945. Dalian, passée sous le contrôle russe à la fin du XIXe siècle, était ensuite tombée dans les mains des Japonais, avant que les Soviétiques ne parviennent à les repousser en 1945 et décident, dix ans plus tard, de rétrocéder Dalian à la Chine.

Le président Medvedev a eu des mots forts évoquant le caractère « sacré » du souvenir lié à ces événements. Devant d'anciens soldats russes et chinois, il a parlé d'une amitié « scellée par le sang ». Concernant la mémoire de ce passé commun, il est d'ailleurs prévu la signature d'une déclaration conjointe entre les autorités russes et chinoises à l'occasion du 65e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Cet aspect de la visite prend un relief particulier dans le contexte de tension actuelle entre la Chine et le Japon, grand vaincu de cette Deuxième Guerre mondiale aux côtés de l'Allemagne nazie. Tandis que la relation sino-japonaise bat de l'aile, le chef de l'Etat russe entame donc un périple dans trois grandes villes de Chine, ce que les médias officiels chinois présentent comme une première diplomatique, un symbole de la reconnaissance du gouvernement russe par Pékin.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail