etats-unis / Indonésie

Courte visite de Barack Obama en Indonésie

Des élèves indonésiennes de l'école élémentaire Menteng I, fréquentée auparavant par Obama, chantent un hymne à sa gloire.
Des élèves indonésiennes de l'école élémentaire Menteng I, fréquentée auparavant par Obama, chantent un hymne à sa gloire. AFP PHOTO/ADEK BERRY

En provenance d'Inde, le président américain Barack Obama arrive aujourd'hui mardi 9 novembre 2010 en Indonésie pour une courte visite de 24 heures, dans le pays où il a passé une partie de son enfance. L'opinion indonésienne avait été déçue par l'annulation à deux reprises de sa visite depuis le début de l'année, en mars puis en juin, à cause du débat à Washington sur la réforme de santé et de la marée noire dans le golfe du Mexique.

Publicité

Avec notre correspondante à Jakarta, Solenn Honorine

Maintenant, c’est sûr et officiel : Barack Obama va manger, ce soir, du bakso et du nasi goreng, deux des plats les plus populaires en Indonésie.

Les préférences culinaires du président américain – du moins, celles qu’il avait il y a quarante ans – sont bien connues des Indonésiens, qui tirent fierté de leur connexion avec le président américain, enfant du pays. Mais c’est bien là que s’arrêtera l’aspect sentimental de la visite qui devra aussi faire place au travail.

Resserer les liens distendus

On espère qu'Obama pourra faire office de pont entre la communauté musulmane et le reste du monde.

Reportage à Jakarta

Ce mardi soir les deux présidents devront signer un accord de partenariat global qui couvre autant l’aide en matière de changement climatique que l’éducation supérieure. Car Washington souhaite resserrer des liens qui s’étaient distendus depuis les années quatre-vingt-dix avec ce pays considéré comme un partenaire de premier plan dans la région.

Le quatrième pays le plus peuplé au monde, grande démocratie à majorité musulmane et première économie d’Asie du Sud-Est possède un pedigree qui a déjà séduit d’autres soupirants, Pékin en tête – une délégation d’affaires chinoise vient, par exemple, de promettre d’investir plus de 6 milliards de dollars pour la construction d’infrastructures en Indonésie.

Vu la montée en puissance de la région asiatique, le grand archipel, longtemps ignoré mais désormais membre du G20, pourrait devenir un acteur bien plus important sur la scène mondiale.

A consulter :

Le président américain revient pour la première fois dans la ville où il a passé quatre ans de sa jeunesse, entre 1967 et 1971, après le remariage en 1965 de sa mère, Ann Dunham, avec un étudiant indonésien, Lolo Soetoro. Ce dernier ayant regagné son pays en 1966, Ann et Barack le rejoignent à Jakarta en 1967. Le jeune Barack que ses amis indonésiens surnomment alors « Barry » fréquente d'abord deux ans l'école primaire catholique St-François d'Assise puis une école publique dans le quartier de Menteng où il est le seul étranger.

C'est une ville bien différente de celle qu'il a connu que le président américain va retrouver. Elle ne comptait à l'époque où il y vivait qu'un seul hôtel de classe internationale et un seul centre commercial. Jakarta compte aujourd'hui près d'une centaine de « shopping malls » et des dizaines d'hôtels de luxe.

Mais la nostalgie ne sera pas le seul rendez-vous de sa visite, qui sera marquée par la signature d'un partenariat stratégique avec son homologue Susilo Bambang Yudhoyono. Accompagné de son épouse Michelle, Barack Obama visitera mercredi matin l'immense mosquée Istiqlal de Jakarta avant de prononcer un discours en plein air à l'université d'Indonésie. Il quittera Jakarta en début d'après-midi pour rejoindre Séoul, où se déroule en fin de semaine le sommet du G20.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail