Chine

Incendie dans une tour de Shanghai : au moins 53 morts

Les pompiers cherchent des survivants sur les échafaudages d'un bâtiment en feu à Shanghai, le 15 novembre 2010.
Les pompiers cherchent des survivants sur les échafaudages d'un bâtiment en feu à Shanghai, le 15 novembre 2010. REUTERS/Aly Song

Au moins 53 personnes ont trouvé la mort lundi dans l'incendie spectaculaire d'une tour d'habitations de 28 étages du centre de Shanghai, a annoncé mardi 16 novembre 2010 la municipalité, citée par l'agence Chine nouvelle. Un précédent bilan publié tard lundi faisait état de 42 morts. L'agence officielle ne précise pas le nombre de blessés.

Publicité

Avec notre correspondante à Shanghai, Delphine Sureau

Une fumée noire a envahi le quartier commerçant de Jing’an, l'un des quartiers les plus peuplés de cette métropole de 20 millions d'habitants. Et l’on peut sentir encore ce soir à Shanghai une odeur de brûlée dans le centre-ville. Le panache de fumée était visible à des dilomètres à la ronde.

Il a fallu près de 5 heures et des dizaines de pompiers équipés d'une soixantaine de véhicules pour éteindre cet incendie qui a ravagé une tour d’habitation de 28 étages. Une tour en rénovation sur laquelle était posé un immense échafaudage. Et c’est cette structure en bambou qui aurait pris feu en début d’après-midi. En quelques minutes, l’immeuble, qui abritait 156 familles, s’est  transformé en torche.

Pour échapper aux flammes, les habitants – des enseignants retraités pour la plupart - se sont réfugiés sur le toit de la tour. Dans la panique, certains se sont jetés dans le vide, pris au piège dans leurs appartements.

Des dizaines de blessés ont été transportés vers les différents hôpitaux de Shanghai. Les causes de cet incendie sont encore inconnues, mais selon des témoins, les ouvriers ne respectaient pas toutes les précautions depuis le début des travaux il y a un mois.
La police a interpellé et interrogeait quatre personnes après la tragédie
qui a également fait 70 blessés toujours hospitalisés mardi, a annoncé l'agence Chine nouvelle. « L'enquête préliminaire impute le drame à de mauvaises opérations de la part de soudeurs électriques dépourvus de licences », a ajouté l'agence, citant le site internet officiel xinmin.cn.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail