Cambodge

Bousculade : les Cambodgiens veulent savoir comment une telle tragédie a pu survenir

Les autorités cambodgiennes recherchent toujours des corps qui pourraient être tombés dans l'eau lors du drame.
Les autorités cambodgiennes recherchent toujours des corps qui pourraient être tombés dans l'eau lors du drame. REUTERS/Chor Sokunthea

Passée l'émotion, les Cambodgiens peinent à comprendre comment une bousculade sur un pont de la capitale a pu coûter la vie à 456 personnes, selon le dernier décompte des autorités. Deux jours après le drame du 22 novembre 2010, le bilan reste provisoire d'autant que le travail d'identification ne fait que commencer. Alors que la tragédie suscite des questionnements, le gouvernement promet d'en tirer les leçons.

Publicité

Avec notre correspondante à Phnom Penh, Stéphanie Gée

Les autorités ne veulent pour l'heure privilégier aucune thèse, dans l'attente des conclusions de l'enquête qu'elles ont diligentée. Elles disent compter beaucoup sur l'appel à témoins lancé auprès de la population. Outre l'identification des causes ayant conduit à ce sombre scénario, se pose la question des responsabilités.

L'île où s'est joué le drame a été cédée en concession à une compagnie privée. Une de ses représentantes, interrogée par le quotidien Cambodia Daily, dit refuser que se retrouve au banc des accusés sa société qui, certes, a construit le pont mais n'avait pas la mission de gérer le flux de festivaliers.

Aux critiques qui émergent, selon lesquelles le gouvernement aurait échoué à limiter l'ampleur de la tragédie, le ministre de l'Information, Khieu Kanharith, répond : « Il n'y a eu aucune volonté de dissimuler les dégâts ». Preuve en est, ajoute-t-il, « l'accès au site n'a pas été interdit aux journalistes et des images de la bousculade ont rapidement été diffusées à la télévision ». Jeudi 25 novembre, le pays observera une journée nationale de deuil.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail