Accéder au contenu principal
Chine / Nobel

En Chine, Confucius recyclé en anti-prix Nobel

Une petite fille tient dans les mains le premier « prix Confucius pour la paix  » remis à Lien Chan, ce jeudi 9 décembre 2010, à Pékin.
Une petite fille tient dans les mains le premier « prix Confucius pour la paix » remis à Lien Chan, ce jeudi 9 décembre 2010, à Pékin. REUTERS/Jason Lee

Un prix Confucius pour la paix… C’est la parade qu’à trouvé la Chine au prix Nobel de la paix attribué cette année à un dissident chinois emprisonné, Liu Xiaobo. Le prix Nobel sera remis le vendredi 10 décembre 2010 à Oslo, en Norvège. Le prix Confucius a lui été remis ce jeudi 9 décembre à Pékin par une ONG. Les autorités ont déclaré n’être pas intervenues dans ce prix. Une cérémonie qui a très vite tourné à la parodie.

Publicité

Les micros ne sont pas encore au point et les journalistes s’impatientent dans cette salle de conférence bondée du 4e étage d’un hôtel du centre de Pékin. « 1er prix Confucius pour la paix » dit la banderole rouge sur le mur du fond. Quatre professeurs et un attaché militaire font partie du comité de sélection, dont Zhou Guidian, enseignant de philosophie à l’Ecole normale de Pékin : « On n'a rien contre le Nobel et ça n’a rien à voir avec Liu Xiaobo. L’Occident a le prix Nobel, nous on a le prix Confucius », affirme-t-il.

Comme pour le prix Nobel de vendredi à Oslo, la chaise du lauréat en Chine est restée vide. L’ancien vice-président taiwanais, artisan du rapprochement entre Taipei et Pékin, Lian Zhan ayant refusé l’invitation. Le président du comité : « Ce n’est pas un anti-prix Nobel » répète alors le président du comité sans prononcer les mots qui fâchent. « On n’a jamais fait le lien, jure-t-il, avec San Ke Zi », ces « trois mots » littéralement en chinois, trois mots évidemment pour : Liu Xiao Bo.

La cérémonie vire alors à la parodie. Les journalistes étrangers, seuls présents dans la salle avec quelques confrères chinois, bombardent le comité de questions. -Qui finance les 100 000 yuans, plus de 13 000 euros, du prix ? Pas de réponse. -Combien d’internautes on voté pour le lauréat ? Pas de réponse. -Quand est-ce que ces votes seront visibles sur internet. Toujours pas de réponse...

Enfin, une dernière question : « Jimmy Carter figurait dans la liste des candidats. L’ancien président américain a pourtant appelé à la libération de Liu Xiaobo ? Est-ce que ça veut dire que vous soutenez le dissident lance une consœur ? ». « Si vous tenez absolument à ce que je parle de Liu Xiaobo finit par soupirer le président du comité. Alors on verra bien qui, dans 500 ans, finira par rester dans l’Histoire »...
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.