Accéder au contenu principal
Australie

Nouveau drame de l'immigration en Australie

Une capture d'écran de la chaine de télévision, Channel 7 montre un bateau de réfugiés brisé par les vagues violentes, le 15 décembre 2010.
Une capture d'écran de la chaine de télévision, Channel 7 montre un bateau de réfugiés brisé par les vagues violentes, le 15 décembre 2010. AFP PHOTO / THE WEST AUSTRALIAN
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le naufrage mercredi 14 décembre d'une embarcation de fortune transportant des immigrants, au large de l'île australienne de Christmas Island, a fait au moins 27 morts dont des enfants. Ces boat people, Irakiens et Iraniens, venaient d’Indonésie. Sur les 60 à 80 personnes qui se trouvaient à bord, 42 passagers auraient été secourus.

Publicité

Avec notre correspondanteà Marie-Morgane Le Moël

Le bateau, qui venait d’Indonésie, s’est trouvé en difficulté au large de l’île de Christmas, à 2 000 km du continent australien, peut-être à cause d’un problème de moteur. Avec des conditions difficiles, et des vagues de 2 à 3 mètres de haut, rapidement, l’embarcation s’est écrasée sur les falaises. Et les personnes à bord se sont retrouvées à l’eau.

Selon un bilan des douanes, il y aurait 27 morts. Des corps d’enfants ont tété aperçus dans l’eau. Des navires de la marine et des douanes, qui se trouvaient à proximité, sont rapidement intervenus, et ils ont pu sauver 42 personnes. Le bateau pouvait avoir à son bord entre 60 et 80 personnes.

Les conditions de sauvetage très difficiles

Les 42 rescapés sont à bord des bateaux de la marine et des douanes. Mais il reste difficile de les débarquer sur l’île, toujours à cause des conditions météo. L’île n’ayant pas d’hélicoptère, il n’est pas possible non plus de les évacuer par les airs. Des avions avec des médecins additionnels ont été envoyés du continent. Mais il leur faudra six heures pour atteindre l’île. Or on sait déjà que trois personnes ont des blessures sérieuses. La situation sur place reste toujours difficile.

Des habitants de l'île ont été témoins de cette tragédie comme Michael Foster : « Quand je suis arrivé là-bas, les conditions étaient très mauvaises, ça s’est calmé un peu. Mais cela restait très difficile de s’approcher des survivants qui étaient dans l’eau, à cause des conditions et des vagues. Le navire de la marine faisait de son mieux pour tenter de récupérer le plus de gens possible, en s’approchant le plus près des rochers possible. Mais beaucoup de gens étaient coincés près des rochers, ils étaient repoussés sur les rochers. Il y avait des enfants et des femmes, des gens qui criaient. C’était un moment difficile pour les gens qui tentaient de les aider ».

Le débat sur les boat people relancé

Aujourd’hui, les principaux partis sont prudents et ils ont refusé la polémique. Mais la question, qui revient souvent ici, va se poser. Il y a environ 4 000 boat people qui arrivent chaque année en Australie, principalement d’Afghanistan et d’Irak. Ils viennent le plus souvent en embarquant en Indonésie.

Le gouvernement a donc été critiqué pour sa politique estimée inefficace. Et beaucoup ici estiment donc que ce genre de drame continuera d’arriver tant qu’une solution régionale ne sera pas trouvée. Avec davantage de discussions avec les pays de la zone.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.