Accéder au contenu principal
Japon

Le Japon en recul face au défi climatique

Seule la ville de Tokyo force les entreprises qui ne parviennent pas à réduire leurs émissions de dioxyde de carbone à acheter des permis d’émission de CO2.
Seule la ville de Tokyo force les entreprises qui ne parviennent pas à réduire leurs émissions de dioxyde de carbone à acheter des permis d’émission de CO2. AFP / Richard A. Brooks
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le Japon renonce à la création d'un marché concernant les permis d'émission de gaz à effet de serre. Le gouvernement de centre gauche du Premier ministre Naoto Kan a cédé aux pressions des grandes entreprises qui redoutent une perte de compétitivité face à leurs rivales étrangères.

Publicité

Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

Seule la ville de Tokyo, qui compte 38 millions d’habitants dans un rayon de 60 kilomètres, dispose - et c’est une première en Asie - d’un marché du carbone pour lutter contre le réchauffement climatique.

Son gouverneur nationaliste, Shintaro Ishihara, voulait faire figure de modèle pour le gouvernement de centre gauche du Premier ministre Naoto Kan, lequel avait promis de réduire de 25 % les émissions de gaz à effet de serre du Japon d’ici à 2020.

Mais le Premier ministre Naoto Kan renonce à toutes ses promesses. Les entreprises japonaises, déjà très efficaces en énergie, sont opposées à des réductions obligatoires sur leurs émissions aussi longtemps que la Chine ne réduira pas les siennes.

Seule la ville de Tokyo force les entreprises qui ne parviennent pas à réduire leurs émissions de dioxyde de carbone à acheter des permis d’émission de CO2 à d’autres entreprises plus vertueuses, sous peine d’amende.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.