Accéder au contenu principal
1er Festival du cinéma chinois en France

Le vrai cinéma chinois débarque en France

Image du film «Lust, Caution», réalisé par le Taiwanais Ang Lee
Image du film «Lust, Caution», réalisé par le Taiwanais Ang Lee DR
Texte par : Pascal Paradou
13 mn

Avec plus de 400 sociétés de production et 530 films produits par an, la production cinématographique chinoise est à l’heure actuelle la troisième au monde après l'Inde et Hollywood. Malgré la richesse, la diversité et la notoriété grandissante du cinéma chinois, la diffusion des productions chinoises dans les salles françaises reste anecdotique. Hormis les films présentés chaque année au Festival de Cannes, on peut compter sur les doigts de la main quelques films commercialisés, comme Lust, Caution ou Les Trois Royaumes. Afin de promouvoir le cinéma chinois « grand public » en France, d’offrir la possibilité au public de l’Hexagone de voir des films d’ordinaire non diffusés, le Festival du cinéma chinois en France propose du 26 janvier jusqu'à 8 février une programmation d’une douzaine d’oeuvres dans quatre villes françaises : Paris, Versailles, Lyon, et Toulouse. Entretien avec Jean-Chrétien Sibertin-Blanc, délégué général du Festival.

Publicité

Fccf

RFI : Un Festival du cinéma chinois en France, c’est une première. Comment l’idée a-t-elle germé ?

Jean-Chrétien Sibertin-Blanc : C’est une idée qui germe depuis assez longtemps. J’étais délégué général d’autres festival de cinéma chinois. Ce festival a pour caractéristique d’être organisé directement par la Chine. Ce qui m’intéresse d’autant plus, puisque pour l’instant, on a une vision très franco-française du cinéma chinois. Il y a très peu de films qui circulent, mais on ne connaît pas le cinéma chinois vu par les Chinois. Ce n’était pas une idée personnelle, mais une idée venue aussi des Chinois.

RFI : Quand vous dites cinéma chinois, c’est aussi le cinéma de Taiwan, de Hong-Kong ou celui de la Chine populaire ?

J.-C. S.-B. : Dans le domaine du cinéma, on peut dire que l’unité est déjà faite, puisque les cinéastes qui viennent de Chine, de Taiwan ou de Hong-Kong travaillent souvent ensemble depuis longtemps.

RFI :C’est un cinéma qui est très divers. Cela va du cinéma du Kung Fu aux films un peu expérimental.

J.-C. S.-B. : En ce moment, le cinéma se cherche beaucoup sur le plan du développement, mais aussi sur le plan culturel. Ils veulent diversifier leur cinéma. On veut essayer de montrer que dans le cinéma que voient les Chinois, ce n’est pas du tout homogène comme on avait l’habitude de le penser ici. 

Ecouter l’entretien intégral avec Jean-Chrétien Sibertin-Blanc, délégué général du Festival du cinéma chinois en France. Il était l’invité de Culture vive sur RFI.

Cliquez et faîtes-vous une idée de la programmation

Le Festival du Cinéma Chinois en France, du 26 janvier jusqu'au 8 février 2011.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.