Accéder au contenu principal
Japon

A Fukushima, de l'eau radioactive s'écoule directement dans la mer

Un employé de la centrale de Fukushima montre une fissure dans le béton à proximité du réacteur n°2, le 2 avril 2011.
Un employé de la centrale de Fukushima montre une fissure dans le béton à proximité du réacteur n°2, le 2 avril 2011. REUTERS/TEPCO
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Le Premier ministre japonais Naoto Kan a visité ce samedi 2 avril 2011 le nord-est du Japon, première visite depuis le séisme et le tsunami dévastateur du 11 mars. Tandis que la situation autour de la centrale nucléaire de Fukushima demeure alarmante ce samedi. Les autorités japonaises ont annoncé avoir repéré une fissure sur une structure en béton du réacteur numéro 2.

Publicité

C'est une brèche d'environ 20 centimètres qui a été repérée sur l'un des puits se trouvant en dessous du réacteur. Et c'est par cette fissure que les éléments hautement radioactifs s'échappent vers l'extérieur.

On comprend donc mieux pourquoi le taux de radiation est aussi élevé sur place et autour de la centrale. L'eau qui est déversée en grande quantité pour refroidir le réacteur s'accumule dans ce puits au sous-sol, puis elle passe directement dans la mer.

Injecter du béton pour boucher la fissure

Le taux de radioactivité est environ 4 400 fois plus élevé que la normale à 300 mètres au large de la centrale. Et autour du réacteur numéro 2, la radioactivité mesurée est inimaginable : 10 millions de fois au dessus de la normale.

Les équipes sur place sont obligées d'interrompre souvent les travaux en raison de cette forte contamination. Pour l'endiguer, une seule solution : il faudrait injecter du béton et boucher la fissure. Par ailleurs, les plus grandes machines au monde permettant de réaliser cette opération sont déjà en route vers la centrale nucléaire, par voie maritime, en provenance d'Allemagne.

Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

Le Premier ministre Naoto Kan est arrivé par hélicoptère dans le petit port de Rikuzentakata. Dans cette ville de 23 000 habitants, il ne reste que des ruines baignant dans la boue, laquelle dégage une odeur de produits chimiques et de cadavres en décomposition, car tous n’ont pas encore été récupérés. Rikuzentakata a perdu 2 300 de ses habitants.

Naoto Kan est plus impopulaire que jamais, en raison de l’incapacité de son gouvernement et de sa bureaucratie à rendre la vie des survivants plus supportable. A cause aussi de la responsabilité de l’Etat japonais dans l’accident de la centrale de Fukushima.

Après sa visite à Rikuzenakata, Naoto Kan s’est approché de la centrale de Fukushima où se retrouvent dans une base les équipes de secours. Il a rencontré certains de ses ingénieurs et techniciens, lesquels ne parviennent toujours pas à empêcher des rejets radioactifs dans l’eau et dans la mer qui contaminent les produits alimentaires.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.