Accéder au contenu principal
Chine/France

Xavier Darcos inaugure l’Institut français de Pékin

Le site internet de l'institut français de Chine à Pékin.
Le site internet de l'institut français de Chine à Pékin.
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La réforme va bien au-delà d’un simple changement de nom. Xavier Darcos, président de la nouvelle Agence pour l’action culturelle extérieure de la France est à Pékin ce 7 avril 2011 pour inaugurer l’Institut français de Chine. La France a changé d’organisation en regroupant les services culturels des ambassades et les anciens centres culturels.

Publicité

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

Ce ne sera pas Victor Hugo, ni Albert Camus mais l’IFC l’Institut français de Chine. Au moins, on n’est pas perdu, même si sous le bleu uniforme du logo, le signe perd un peu de chaleur comparé au Cervantès espagnol, au Confucius chinois ou encore au Goethe-Institut côté allemand.

A terme, cet opérateur unique sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères doit mettre en réseau les acteurs culturels français dans le monde, exceptées les Alliances françaises qui restent sous droit local. Une action culturelle mais aussi un acte politique.

« La création de l’Institut français est un acte politique au sens large, explique Xavier Darcos, président de l’Institut français. Parler de culture aujourd’hui, c’est parler d’autre chose que de culture. Vous parlez forcément d’environnement, de gouvernance mondiale, de relations internationales, de dialogue Nord-Sud, de droits de l’homme. La culture ce n’est pas seulement contempler des œuvres, c’est aussi être amené à évoquer des questions de valeurs ».

Parler des questions de valeurs et des droits de l’homme en Chine, un thème qui s’annonce délicat. Autre défi et possible source d’inquiétude cette fois en interne : l’Institut français est un EPIC (Etablissement public à caractère industriel et commercial), autrement dit, à terme, certains personnels devraient changer de statut voire passer sous contrat local.

Créés par la loi du 1er janvier 2011, les instituts français regroupent désormais les services culturels des ambassades ainsi que les anciens CCF (Centres culturels français à l’étranger), un peu sur le modèle des Instituts espagnols et allemands, mais avec en plus la volonté de défendre le « débat d’idées » à la française.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.