Accéder au contenu principal
Afghanistan

L'ONU s'inquiète de la sécurité des travailleurs humanitaires

L'attentat, qui a été revendiqué par les talibans, a visé le supermarché « Finest », situé à quelques centaines de mètres de l'ambassade de Grande-Bretagne.
L'attentat, qui a été revendiqué par les talibans, a visé le supermarché « Finest », situé à quelques centaines de mètres de l'ambassade de Grande-Bretagne. REUTERS/Ahmad Masood
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les personnels humanitaires qui travaillent dans les zones de conflit sont de plus en plus en souvent la cible d’attaques. Un rapport de l'Organisation des Nations unies pour les Affaires humanitaires (OCHA) révèle que le nombre d’attaques contre les humanitaires a triplé au cours de la dernière décennie. Cela pose la question de la présence de l’ONU dans certaines zones.

Publicité

Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour

Chaque année, plus de 100 travailleurs humanitaires pour l’ONU ou pour des ONG sont tués pendant leur mission. En Afghanistan, on compte 180 attaques depuis 2005.

Nicholas Reader, porte-parole pour OCHA, le bureau des Affaires humanitaires y voit l’effet de la confusion avec les militaires : «Dans certains pays, on est obligés de travailler avec la sécurité. Les humanitaires sont là mais ils sont protégés par les forces armées. Cela change certainement (leur) image aux yeux de la population civile

Difficile de savoir quand rester et quand partir. En 2003, l’ONU a quitté l’Irak après deux attentats meurtriers à Bagdad. Le nouveau rapport préconise plutôt de rester et de parler à tous les acteurs du conflit. Malgré l’attentat de Mazar-i-Sharif au début du mois, l’ONU, assure Nicholas Reader, restera en Afghanistan : «C’est sûr que pendant ces jours-là, les activités humanitaires ont été diminuées en Afghanistan mais je pense qu’on va les relancer le plus possible».

L’ONU a levé l’interdiction de parler aux talibans en Afghanistan et les véhicules des humanitaires, qui étaient parfois les mêmes que ceux des militaires, seront maintenant clairement différenciés.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.