Corée du Sud / Internet

Google à la traîne en Corée du Sud

La page d'accueil du portail sud-coréen Naver.
La page d'accueil du portail sud-coréen Naver. DR

Les pratiques de Google sont la cible d’une enquête en Corée du Sud. Ce pays est l’un des rares au monde où l’omniprésent moteur de recherche a échoué à s’imposer face à ses concurrents locaux. Mais la lutte a désormais lieu sur les téléphones mobiles où Google est attaqué par les deux principaux portails sud-coréens pour situation de monopole.

Publicité

Les chiffres sont éloquents en Corée du Sud, deux sites portails : Naver et Daum représentent 90 % des recherches faites à partir d’un ordinateur. Google lui atteint péniblement 2 % des requêtes, autant dire que les Sud-Coréens ne l’utilisent pas sur internet. Mais les deux sites de recherche sud-coréens accusent l’entreprise américaine de les empêcher de s’installer sur les téléphones mobiles qui fonctionnent avec le système d’exploitation Android fourni par Google.

Naver et Daum sont complètement différents de l’interface Google. Hyperchargés, aux interfaces très fouillées, ils condensent en une seule page plusieurs dizaines d’informations. Ils font également la part belle au contenu généré par les utilisateurs. Ainsi Naver, le leader du marché, avait inventé, trois ans avant Yahoo Answers, un service de questions-réponses qui fait un tabac et est toujours privilégié par les utilisateurs. Il faut être clair, en Corée du Sud, on ne « google » pas, on « demande à Naver » ! Il paraît même que lorsque les Coréens ont découvert pour la première fois la page très épurée de Google, ils ont cru que le site était en panne. La Corée reste d’ailleurs le seul pays au monde où Google a décidé de changer sa page d’accueil si caractéristique et de la remplacer par une interface nettement plus chargée… En vain !

Google domine sur les téléphones mobiles

Mais sur les téléphones mobiles, c’est Google qui domine. Les Sud-Coréens en possèdent aujourd’hui 10 millions (d’ici la fin de l’année, 20 millions) et 70 % d’entre eux fonctionnent avec Android. Les fabricants Samsung et LG, respectivement deuxième et troisième constructeurs mondiaux, n’ont pas réussi à imposer leur propre système d’exploitation. Ils utilisent donc massivement le gratuit Android en renforçant conjointement Google. Autant d’usagers qui vont apprendre à se familiariser avec Google.

Car Naver et Daum accusent la firme américaine d’abuser de cette position dominante en les empêchant d’installer leurs applications de recherche. Ils lui reprochent même de faire pression sur les fabricants sud-coréens en faveur de Google. Preuves à l’appui, ils ont porté plainte auprès de l’autorité sud-coréenne de régulation de la concurrence. On comprend l’inquiétude de Daum et de Naver, qui pourraient perdre une position dominante leur permettant aujourd’hui d’attirer la grande majorité des annonceurs publicité sur le web coréen.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail