Accéder au contenu principal
France / Afghanistan

500 jours de captivité pour Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier

Concert de soutien  à Stéphane Taponier (poster géant G) et  Hervé Ghesquière (poster géant D) organisé au Zenith de Paris par France 3 et RFI, le 25 octobre 2010.
Concert de soutien à Stéphane Taponier (poster géant G) et Hervé Ghesquière (poster géant D) organisé au Zenith de Paris par France 3 et RFI, le 25 octobre 2010. Bertrand Guay / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les journalistes français Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, et leurs trois accompagnateurs, sont retenus en otages en Afghanistan depuis 500 jours ce vendredi 13 mai 2011. Très discrètes, les autorités françaises sont en négociations permanentes avec leurs ravisseurs dont on ignore encore toutes les ramifications.

Publicité

Les deux journalistes français de France 3, Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, ainsi que leurs trois accompagnateurs sont retenus en otages en Afghanistan depuis exactement 500 jours. 500 jours d'inquiétude et d'incertitude, et une attente insupportable pour leurs familles et leurs proches. Il s'agit en effet d'une des plus longues détentions de journalistes dans l'histoire des prises d'otages. Ces 500 jours sont d’autant plus longs que le gouvernement français et les services secrets sont engagés dans des négociations permanentes avec leurs ravisseurs.

Peu d’informations

Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier ont été pris en otages le 30 décembre 2009 en Kapisa, au nord-est de Kaboul, une zone d'importance capitale où sont déployés les militaires français. Très peu d'informations sont divulguées dans les médias de façon à ne pas gêner les négociations en cours.

Les spécialistes estiment que les otages français ont toutes les chances d'être mieux traités en Kapisa, où s'applique le code de l'honneur Pachtoune, qu'aux mains de groupes terroristes plus proches des zones tribales à la frontière avec le Pakistan. Un scénario qui inquiète les experts, car pour peser dans les négociations en vue de la libération de Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier et de leur trois accompagnateurs, les autorités françaises devront remonter le fil des ravisseurs qui mène peut-être jusqu'au Pakistan.

Une autre question qui se pose est de savoir si les négociations sont menées au niveau régional, au-delà des frontières afghanes, au Pakistan par exemple, où la présence de groupes terroristes liés avec al-Qaïda est avérée.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.