Etats-Unis / Pakistan

Hillary Clinton apaise les relations avec le Pakistan

Hillary Clinton lors d'une conférence de presse à Islamabad, le 27 mai 2011
Hillary Clinton lors d'une conférence de presse à Islamabad, le 27 mai 2011 REUTERS/Stringer

Hillary Clinton vient d'achever à Islamabad une visite cruciale pour l'établissement de relations de confiance entre les deux pays. C'était la première visite de ce niveau depuis l’intervention américaine qui avait conduit à la mort d'Oussama ben Laden le 2 mai 2011. Son but : désamorcer la crise avec le Pakistan et pousser le pays à œuvrer davantage contre le terrorisme.

Publicité

Dédouanant le gouvernement pakistanais, la secrétaire d'Etat Hillary Clinton a admis qu'aucune preuve ne permettait d'établir qu'il savait où se trouvait Oussama ben Laden avant l'intervention du commando américain. Elle s'est néanmoins élevée contre la théorie du complot, ajoutant que le Pakistan devait comprendre que l'anti-américanisme ne le mènerait nulle part.

Pour Washington, la relation stratégique avec le Pakistan est une nécessité. Mais tandis qu'à Islamabad, Hillary Clinton calmait le courroux pakistanais provoqué par l'opération commando contre Oussama ben Laden, à New Delhi, les déclarations d'un autre membre important de l'administration américaine venaient enfoncer le clou.

En réalité, c'est moins le gouvernement qui compte que la relation entre Washington et l'armée pakistanaise.

Jean Luc Racine

Janet Napolitano, en charge de la Sécurité intérieure, se félicitant de l'évolution des liens de coopération avec l'Inde, en a profité pour juger que le groupe jihadiste Lashkar-e-taiba devait être considéré de la même manière qu'al-Qaïda. Or, ce groupe interdit est loin d'avoir totalement disparu au Pakistan.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail