Accéder au contenu principal
Japon/Seisme/Nucléaire

Catastrophe de Fukushima: l'AIEA réservée sur la gestion du nucléaire au Japon

Débris des réacteurs endommagés n° 3 et 4 de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, le 16 mars 2011.
Débris des réacteurs endommagés n° 3 et 4 de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, le 16 mars 2011. AFP/Tepco
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L’AIEA, l’Agence internationale de l’énergie atomique, distribue les bons et les mauvais points. La réaction des autorités japonaises a été exemplaire. Les évacuations ont été impressionnantes, mais les risques de tsunami ont été sous-estimés, estime l'agence. 

Publicité

Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

Le rapport de l’AIEA, l’Agence internationale de l’énergie atomique, éclaire d’une lumière crue certaines des faiblesses structurelles du Japon dans sa gestion de l’accident de la centrale de Fukushima.

Gestion jugée désastreuse par les partis de l’opposition à Tokyo qui doivent déposer une motion de censure contre le gouvernement du Premier ministre Naoto Kan, accusé d’avoir aggravé la situation à Fukushima.

Selon l’AIEA, l’absence d’un centre d’intervention d’urgence avec des équipements pour garantir les communications et le contrôle des installations à Fukushima est l’une de ces faiblesses.

Le risque de tsunami a été sous-estimé. Tepco, l’opérateur de la centrale, a ignoré les avertissements de ses propres ingénieurs. Le mur anti-tsunami ne dépassait pas 5,7 mètres de hauteur et la centrale a été atteinte par une vague de 14 mètres de haut. L’AIEA estime que l’agence japonaise de la sûreté nucléaire ne doit pas dépendre du ministère de l’Industrie si son indépendance veut être garantie.

L’agence se soucie aussi de l’exposition du public et des ouvriers de la centrale aux radiations. La surveillance sanitaire est insuffisante, tout comme la mesure des radiations au-delà de la zone d’interdiction.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.