Japon / Nissan

Au Japon, le salaire du patron de Nissan, Carlos Ghosn, fait polémique

Les revenus du PDG de Nissan, Carlos Ghosn, augmentent de 10 % en 2011.
Les revenus du PDG de Nissan, Carlos Ghosn, augmentent de 10 % en 2011. REUTERS/Yuriko Nakao
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Carlos Ghosn, le PDG de Nissan, a été, l'an dernier, le patron le mieux payé du Japon. Il a annoncé, ce mercredi 29 juin, lors de l'assemblée générale annuelle des actionnaires, avoir reçu l'équivalent de 8,4 millions d'euros pour l'année 2010-2011. Ce montant ne passe pas inaperçu dans un Japon où les patrons d'entreprises plus importantes et profitables que Nissan perçoivent des revenus largement inferieurs à ceux du patron franco-brésilien. Un montant qui n'inclut pas ses revenus pour la direction du groupe français Renault.

Publicité

Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

Carlos Ghosn et Howard Stringer, respectivement les patrons de Nissan et de Sony, sont les chefs d’entreprise les mieux payés du Japon. Les revenus de Carlos Ghosn augmentent de 10% par rapport à l’an dernier, ceux d’Howard Stringer de 6%. Tous deux sont étrangers.

Aucun patron japonais n’ose déclarer de tels revenus, surtout pas après le séisme et le tsunami géant du 11 mars dernier, alors que les Japonais doutent d’eux-mêmes, que l’économie est en berne, et que la paralysie politique à Tokyo empêche le pays de mettre en œuvre les nécessaires réformes pour mettre fin à plus de vingt ans d’un relatif déclin économique. C’est ce que déclare à Tokyo un commentateur du journal conservateur Sankei Shimbun.

Les revenus de Carlos Ghosn sont sept à huit fois plus élevés que ceux d’Akio Toyoda, le patron de Toyota, ou du patron de Honda, Takanobu Ito. Eux se contentent d’un petit million d’euros. « Bien sûr que je gagne beaucoup plus que mes collègues de Toyota et de Honda, répond Carlos Ghosn à ses actionnaires, mais nous mesurons nos succès de façon plus globale. Par rapport au patron de Ford, mes revenus sont nettement moins élevés ». Ce que gagne Carlos Ghosn, dans un Japon qui veut se croire encore égalitaire, n’inclut pas ses honoraires en tant que patron de Renault.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail