Etats-Unis / Informatique

Etats-Unis : le FBI arrête 14 pirates informatiques du groupe «Anonymous»

16 hackers ont été arrêtés aux Etats-Unis, le 19 juillet 2011.
16 hackers ont été arrêtés aux Etats-Unis, le 19 juillet 2011. ICHIRO

Le FBI a annoncé qu’il avait procédé, le mardi 19 juillet 2011, à l’arrestation de 16 pirates informatiques. Parmi ces personnes, 14 hackers présumés appartenaient au groupe « Anonymous » qui a lancé des attaques cybernétiques contre plusieurs grosses sociétés, notamment PayPal le site de paiement en ligne utilisé par eBay, ainsi que contre le gouvernement américain.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

La police fédérale a annoncé qu’elle avait procédé à un vaste coup de filet arrêtant dans dix Etats, de la Californie à New York, un total de 16 pirates informatiques dont 14 appartenant au groupe Anonymous. Ces derniers sont accusés d’avoir lancé l’an dernier une attaque contre le site de paiement en ligne PayPal.

Ils avaient voulu punir la compagnie pour avoir cessé de transférer les donations faites à Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks. Anonymous avait aussi attaqué les cartes de crédit Visa et Mastercard, pour les mêmes raisons ainsi que la CIA et d’autres agences gouvernementales.

Le groupe ne cache pas que ses motivations sont politiques. Les sites officiels de l’Arizona ont été attaqués à cause de la nouvelle loi anti-immigration. La municipalité d’Orlando a été punie après avoir interdit de donner à manger aux sans-abris sans un permis.

Un membre d’Anonymous qui utilise le pseudonyme « Commandant X » a déclaré à CBS : « Nous avons le pouvoir de changer l’internet : d’un claquement de doigt nous pouvons faire disparaître un site ». Leur tactique : bombarder leur cible de demandes de renseignements jusqu’à ce que le site ne puisse plus fonctionner.

Deux autres pirates appartenant au groupe Lulzsec ont également été arrêtés pour piratage contre le géant des communications AT&T et contre une agence gouvernementale. S’ils sont reconnus coupables, les pirates risquent jusqu’à dix ans de prison et 250 000 dollars d’amende.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail