Accéder au contenu principal
Jeux Olympiques 2012 / Sponsoring

JO de Londres : le sponsoring de Dow Chemicals indigne en Inde

Le stade olympique de Londres. Le chiffre 1 est taillé dans la pelouse centrale, un an avant les JO.
Le stade olympique de Londres. Le chiffre 1 est taillé dans la pelouse centrale, un an avant les JO. Reuters
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Controverse en Inde sur le partenariat de Dow Chemicals avec les Jeux Olympiques de Londres 2012. Dow Chemicals est en effet propriétaire de l’usine de Bhopal, tristement célèbre pour avoir connu, en 1984, l'un des accidents les plus graves de l'industrie chimique mondiale. Les Indiens sont outrés que l'entreprise propriétaire du site participe à l’organisation des prochains Jeux d'été.

Publicité

Avec notre correspondant à Bombay, Sébastien Farcis

Dow Chemicals est le plus grand fabricant de plastique au monde. Et en échange de la visibilité offerte par les Jeux Olympiques, ce géant américain de l'industrie va financer la construction des parois qui vont entourer le stade olympique de Londres.

Mais Dow Chemicals, c’est surtout, pour les Indiens, la société qui a racheté, en 2001, l’entreprise responsable de l’accident chimique de Bhopal. Un désastre qui a causé la mort d’environ 20 000 personnes et qui continue à polluer toute la région sans que rien ne soit fait, selon Rachna Dhingra, membre du groupe de Bhopal pour l’information et l’action.

« Des milliers de tonnes de déchets toxiques sont toujours entreposés à Bhopal et continuent de provoquer différentes sortes de handicaps et de décès. Nous ne parlons pas ici de ce qui s’est passé il y a 27 ans, mais bien de ce qui se passe aujourd’hui, et affecte 40 000 personnes. Or, Dow refuse d’en prendre la responsabilité. Nous pensons que cela va à l’encontre de la charte d’éthique des Jeux Olympiques d’accepter le soutien de cette compagnie, car cela crée une discrimination envers les Indiens ». 

Cette ONG prévoit de lancer une pétition mondiale, soutenue par le comité olympique indien, pour demander l’annulation de ce partenariat entre les organisateurs des Jeux Olympiques d'été et la multinationale. A Londres, le comité d’organisation a estimé que cette affaire ne les concernait pas.


Le bilan de la catastrophe de Bhopal, en décembre 1984, est encore contesté mais il est cependant admis que 3 500 personnes sont mortes tout de suite après l'accident en raison des fuites de produits toxiques ; et le chiffre de 20 000 personnes est également avancé concernant les décès ultérieurs dans cette région de Madhya Pradesh où se trouvait l'usine, sans compter les centaines de milliers de personnes souffrant encore des suites de cet accident chimique.

Les victimes de la catastrophe de Bhopal se battent toujours pour obtenir réparation et pour que le site contaminé soit nettoyé.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.