Accéder au contenu principal
Inde / Cinéma / société

En Inde le film Aarakshan provoque un tollé

Affiche du film Aarakshan sur un mur d'un cinéma à Bombay, le 12 août 2012.
Affiche du film Aarakshan sur un mur d'un cinéma à Bombay, le 12 août 2012. AFP /Punit PARANJPE
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Inde, un film qui sort ce vendredi 12 août 2011 dans les salles, provoque un intense débat national. Aarakshan traite en effet d’un sujet particulièrement sensible, à savoir, la politique des quotas pour les castes inférieures. Cette version indienne de la discrimination positive, l’une des plus anciennes au monde, a été instaurée par la Constitution de 1950. Mais son efficacité est souvent contestée. Ce vendredi, trois grands Etats du pays ont interdit la diffusion de ce film, de peur de réactions violentes du public.

Publicité

Avec notre correspondant à Bombay, Sébastien Farcis

Arrachage d’affiches, manifestations, le débat n’a cessé de grandir ces derniers jours, avant la sortie de ce film polémique. Aarakshan, qui signifie quotas en hindi, raconte le combat d’un directeur d’université pour améliorer la qualité de son établissement, tout en respectant la règle des quotas pour les castes inférieures. Un sujet explosif dans une Inde aux règles démocratiques et égalitaristes, mais dont la société, dans les faits, reste profondément inégalitaire.

La règle des quotas, établie par la constitution de 1950, réserve un minimum de 22% des places des institutions publiques aux basses castes et aux membres de tribus. Un système controversé, car il n’a pas réussi à atteindre les couches les plus pauvres de la population, comme l’explique le professuer B.V. Bhosale, sociologue à l’université de Bombay.

« Les basses castes qui vivent dans les villes ont pu bénéficier de cette politique de quota. Mais ceux qui vivent dans la campagne, et qui représentent la majorité, ne savent parfois même pas qu’elle existe. Ce sont pourtant eux les plus pauvres, et qui en auraient vraiment besoin. »

Le réalisateur du film a fait appel auprès de la Cour suprême de l’interdiction de diffusion dans les trois Etats de l’Uttar Pradesh, Andhra Pradesh et Punjab. Trois Etats qui comprennent environ 1/4 de la population indienne.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.