Accéder au contenu principal
Chine

Une usine chinoise fermée sous la pression de la rue

La chaîne Euronews a diffusé des images de manifestations ce dimanche 14 août à Dalian.
La chaîne Euronews a diffusé des images de manifestations ce dimanche 14 août à Dalian. Euronews
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Les autorités chinoises ont annoncé, ce dimanche 14 août 2011, la fermeture immédiate de l’usine pétrochimique de Dalian, située dans la province du Liaoning au nord-est du pays. Une décision pour appaiser la colère des habitants préoccupés par un risque de fuite toxique après des dommages causés à l’usine par une tempête au début du mois d’août.

Publicité

Lors du passage d’une tempête, le 8 août 2011, des vagues ont fortement endommagé une digue censée protéger le site pétrochimique de Dalian. Les habitants proches de cette zone ont dû être évacués en urgence menacés par le risque d’une pollution chimique. Depuis, la digue a été réparée mais l’inquiétude des habitants n’est pas retombée craignant des effets négatifs pour leur santé.

Ce dimanche matin, une manifestation a réuni à Dalian près de 12 000 personnes contre la poursuite des activités du site de production de paraxylène (un liquide inflammable utilisé dans la production de films et de tissus en polyester) appartenant au groupe Fujia. Les protestataires ont défilé dans les rues, brandissant des banderoles sur lesquelles était écrit : « Nous voulons survivre, nous voulons un environnement sain, rendez nous notre Dalian ». Des manifestations émaillées de quelques échauffourées, selon l'agence officielle Chine Nouvelle.

Un mouvement qui a fait plier les autorités qui ont demandé la fermeture immédiate du complexe pétrochimique. Une victoire pour les habitants nombreux qui s’inquiètent dans l’ensemble du pays des risques sanitaire liés à ces usines. En effet, la Chine a connu plusieurs manifestations, dont certaines étaient accompagnées de violences, en raison d'une montée de la grogne des citoyens à propos des inégalités sociales, des abus de pouvoir et de dégâts environnementaux.

Un précédent en 2007

Ce n’est pas la première fois que la pression de la rue chinoise fait céder les autorités devant un risque sanitaire. En 2007, après de nombreuses manifestations dans la ville de Xiamen, située sur l’île éponyme au sud-est de la Chine, un projet d’usine pétrochimique avait dû être abandonné.

Un mouvement qui avait pris naissance sur la toile après l’alerte d’un blogueur sur les dangers qu’un tel complexe pouvait faire courir aux habitants. Pendant plusieurs jours des milliers de Chinois sont descendus dans la rue pour montrer leur mécontentement. Une mobilisation réussite car l’usine chimique de Xiamen n’a jamais vue le jour.

Pourtant, ce devait être le plus gros projet industriel de l’histoire de cette ville située en face de Taïwan. Un complexe pétrochimique nécessitant plus d’un milliard de dollars d’investissements et qui devait produire du paraxylène. C’est le même type d’usine dont les autorités viennent annoncer la fermeture à Dalian.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.